1925 : Klaxon

1925 : Klaxon

(document original)

Klaxon est une entreprise qui a vu le jour vers 1908 sous l’impulsion de F.W.Lovell. L’entreprise « Klaxon Signals Ltd » va produire des avertisseurs sonores pour bicyclettes et automobiles.

Dans un jugement du 30 août 1913 le tribunal de Nantua autorise l’utilisation de klaxon dans les communes. Son utilisation n’est en rien contrevenant à la loi de 1899 qui réglemente l’utilisation par les automobilistes de trompe comme signal avertisseur pour signaler leur approche.

Le klaxon était alors composé d’une plaque métallique vibrant sous l’impulsion d’un courant électrique.

klaxon-the-star-et-sentinel-29-05-1916.jpg

(extrait du journal « The Star and Sentinel » du 29 mai 1916)

 

Dans « La Revue du Touring Club » de décembre 1921 la société Klaxon Co Ltd fait savoir que le mot klaxon est sa propriété et qu’il est mal venu de l’employer pour désigner un avertisseur sonore!!!

 En 1925 dans un article de la revue « Union internationale pour la protection de la propriété industrielle » le journaliste fait remarquer que la marque a été supplantée par le produit et est même devenue un nom commun comme vaseline ou gramophone…

$_57.jpg

(photo d’un klaxon de la marque « Klaxon » trouvée sur un site marchand)

La société va être rachetée dans les années 1950 par Abram Neiman(inventeur du système de protection antivol par blocage de la colonne de direction des automobiles).

Elle produit encore maintenant des sirènes et des équipements visuels anti-incendie industriels.

Le mot « klaxon » signifie « hurler » en grec ancien.

Publié dans : Vie de Lucien | le 3 avril, 2015 |1 Commentaire »

1925 : gâteau

6d1dd375

(recette extraite du journal « L’Ouest-Eclair » du 16 mars 1925)

DSCN7098

Bôf!!!

Publié dans : Miscellanees | le 29 mars, 2015 |Pas de Commentaires »

1925 : cric

1925 : cric

(document original)

 

Lucien a acheté au Comptoir-Express un cric pour une valeur de 56,50 francs, soit 45,80 euros.

Un cric est un appareil de levage qui est utilisé dans différents corps de métiers, dans les ateliers de réparations et les caves vinicoles. Il est décrit comme un simple engrenage qui transmet à une crémaillère l’effort exercé sur une manivelle.

Le cric hydraulique est un piston de presse hydraulique mis en mouvement par une petite pompe foulante à main. Il permet de maintenir une charge plus importante et de façon soutenue. (Exposition universelle de 1878)

Un des premiers dessins fut fait par Léonard de Vinci (1452-1519), ensuite ce fut Blaise Pascal (1623-1669) qui parla de presse hydraulique.

leonard.jpg

Puis en 1795 un ingénieur Anglais,  Joseph Bramah, dépose un brevet concernant de nouvelles méthodes pour renforcer la puissance des machines nécessitant mouvement et force.  Celles-ci incluaient la première presse hydraulique.

La France dépose en 1847 un brevet pour un cric mécanique. Sous le numéro 6581 Monsieur Samuel Pierre présente un cric composé d’une tige ronde taraudée sur toute sa hauteur et dont le mouvement est actionné par deux pignons et une manivelle.

cric-en-fer

 

L’invention du cric hydraulique est officiellement attribué en 1851 à un New-Yorkais, Richard Dudgeon, sous le numéro de brevet 8203. Ce cric est puissant, portable et facile à utiliser.

1000x1000

Publié dans : Vie de Lucien | le 26 mars, 2015 |1 Commentaire »

1925 : vol de peaux de taupe

 

1925 : vol de peaux de taupe

(extrait du journal « L’Ouest-Eclair » du 3 février 1925)

 

Longtemps considérées comme nuisibles les taupes étaient chassées pour la douceur de leur peau. Et pourtant elles ameublissent les sols, permettent la fertilisation des couches plus profondes et, surtout, sont les prédateurs de larves nuisibles pour le jardin telles que, limaces, vers blancs de hanneton…

Vers 1880 un médecin préconisait d’enserrer la tête des jeunes enfants d’un bonnet fait de peau de taupe non tannée pour faciliter la pousse des dents.

La mécanisation des secteurs agricoles dans les années 20 fait que les taupinières cassent les lames des faucheuses. Les taupes deviennent alors l’ennemi.

En Normandie une peau de taupe équivalait en 1925 au prix de deux kilos de beurre.

Un manteau nécessitait de 200 à 1000 peaux.

La moleskine vient du terme anglais mole skin, c’est-à-dire peau de taupe.

1_8.jpg

  (pièges à taupes, extrait du « Tarif-Album » de 1910)

Publié dans : Miscellanees | le 22 mars, 2015 |1 Commentaire »

1925 : Singer, numéro de série

1925 : Singer, numéro de série

document original

(document original)

Même si l’entreprise Singer a produit ses premières machines à coudre à partir de 1851 les registres avec les numéros de série des machines construites entre 1851 et 1870 n’ont  pas été retrouvés. Il n’est donc pas possible de dater exactement les machines de cette période.

Après 1870 les registres de la firme permettent, grâce au numéro de série inscrit sur la machine, de retrouver l’année de fabrication.

Avant 1900 les numéros de série ne comprennent que des chiffres.

Après 1900 les numéros de série présentent une lettre puis deux.

http://www.singerco.com/support/machine-serial-numbers

 http://www.singerco.com/support/machine-serial-numbers/single-letter

Pour la machine que vend Lucien, une 15K26 avec le numéro de série Y 505 416, il apparaît qu’elle a été fabriquée en 1922.

285520001.jpg

Publié dans : Vie de Lucien | le 13 mars, 2015 |2 Commentaires »

1925 : gâteau de famille

b3deb124

J’avoue, pour une fois, ne pas avoir testé.

Publié dans : Miscellanees | le 8 mars, 2015 |1 Commentaire »

1925 : biscuits Brun

1925 : biscuits Brun

(document original)

L’entreprise voit le jour en 1885 à Grenoble par la création d’une biscuiterie par Pierre-Félix Brun, négociant en grains, qui va produire le pain de guerre ou le biscuit des soldats (mélange nourrissant de farine et de matière grasse).

BRUN-Jean.jpg

En 1914 l’entreprise doit s’agrandir pour faire face à la demande de l’armée française dont elle est le fournisseur officiel.

En 1915 Gaëtan Brun, fils du fondateur, diversifie la production en créant des biscuits fins, le Petit Brun Extra et le Thé Brun (base de la recette du gâteau de famille).

En 1923, au décès de Gaëtan Brun, l’entreprise riche de 1500 employés produit 40 tonnes de biscuits par jour.

553_001

Claire Darré-Touche, sa légataire universelle, ouvre l’entreprise à l’ère moderne: transformation des fours à gaz en fours électriques, introduction de l’aluminium dans les emballages, instauration du logo jaune et bleu et politique de communication agressive.

A la libération elle fuira vers la Suisse du fait de ses liens avec la famille Pétain. L’entreprise, mise sous séquestre, sera autogérée par le personnel. Elle sera restituée en 1947 à Madame Darré-Touche sur décision de justice.

Elle vendra l’affaire en 1950 suite à l’hostilité des salariés et de la population de Grenoble.

 Avec une production journalière de 100 tonnes l’entreprise devient en 1960 la première biscuiterie européenne. Elle est même en 1968 sponsor officiel des jeux olympiques de Grenoble. A cette même date l’entreprise fusionne avec 5 autres (Lu, Trois Chatons, Saint-Sauveur, Rem) pour former la Société Lu,Brun et Associés.

Elle fait maintenant partie du consortium Danone.

  biscuit-brun.jpg

Publié dans : Vie de Lucien | le 6 mars, 2015 |2 Commentaires »

1925 : suicide au rhum

1925 : suicide au rhum

(extrait du journal l’ »Ouest-Eclair » du 4 février 1925)

Et sur la même page cette publicité:

pub-rhum-24-02-1925-oe.jpg

Publié dans : Miscellanees | le 1 mars, 2015 |2 Commentaires »

1925 : lit-cage

1925 : lit-cage

(document original)

Lucien a voulu acheter un lit-cage pour 135 francs.

Le lit-cage est un lit muni de barreaux pour empêcher un enfant en bas âge de tomber du lit. C’est aussi un lit métallique pliant.

Le premier lit réductible semble avoir été construit par Monsieur Longet, en 1851,sous le brevet 1BB12688.

Il s’agit principalement de l’invention d’un ressort horizontal pour la confection des sommiers, permettant ainsi de plier les lits.

brevet-1851-longet

(brevet de 1851 de Monsieur Longet,  trouvé sur le site de la PNI )

Puis en 1862 Monsieur Moisset-Foye dépose un brevet pour 15 ans pour un lit-cage en fer avec un sommier à ressort en boudins conoïdes en cuivre.

Le 2 mai 1925 l’ »Ouest-Eclair » offre en cadeau un lit-cage d’une valeur de 145 francs à Monsieur Paul Richet, menuisier à Saint-Denis-d’Orques, dans la Sarthe.

cage.jpg

 (extrait du « Tarif-Album » de 1910)

En 1931 le magazine « Les Dimanches de la Femme » propose, une fois celui-ci devenu inutile, de cacher le lit-cage derrière un paravent à 3 feuilles. Pour utiliser le lit il suffit simplement de refermer le paravent.

Publié dans : Vie de Lucien | le 27 février, 2015 |1 Commentaire »

1925 : la raquette

1925 : la raquette

 (extrait du journal « l’Ouest-Eclair » du 25 fevrier 1925)

Image du Blog babethhistoires.centerblog.net

 (extrait du journal « le Figaro » du 1er mars 1925)

Voilà une raquette dont le succès sur les pistes de danse aura été plus court que celui de l’autre sur les courts de tennis…

Publié dans : Miscellanees | le 22 février, 2015 |1 Commentaire »
1...34567...55

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..