1924 : vêtements imperméables

1924 : vêtements imperméables

(document original)

Hutchinson vend des vêtements imperméables.

  

Historiquement les premiers vêtements imperméables sont romains et grecs. Ce sont des manteaux de laine à trame serrée et équipés d’une capuche.

Dès le XIIème siècle les Indiens d’Amazonie imperméabilisent leurs vêtements avec la sève de l’arbre à caoutchouc.

En 1823 un industriel Ecossais, Charles Mackintosh, utilise le benzol comme solvant du caoutchouc. Il obtient ainsi un vernis dont il enduit deux toiles collées l’une à l’autre.

En 1880 Thomas Burberry invente la gabardine.

Pendant la première guerre mondiale les Britanniques portaient des trench-coatspour se protéger du froid et de l’humidité.

En 1960 Guy Cotten invente le ciré pour marin plus léger et imperméable. Celui-ci remplace les vestes de coton imprégnées d’huile de lin lourdes et peu confortables.

vieux-pecheur.jpg

Voyager1924 : vêtements imperméables dans Vie de Lucien arrow-10x10 impose à un cycliste de prévoir le mauvais temps et de s’équiper en conséquence. Ainsi souvent le vêtement imperméable sera roulé autour du guidon ou placé dans une sacoche.

Dans le journal « La Pédale » du 4 mars 1924 on peut lire:

« dès que vous voyez qu’une averse menace de se prolonger, déployer vos pèlerines, enfilez vos houseaux, graissez les parties les plus exposées de votre machine… »

 

1_7.jpg

(extrait du « Tarif Album » de 1910)

Publié dans : Vie de Lucien | le 20 septembre, 2014 |Pas de Commentaires »

1924 : Société Anonyme Grouvelle Arquembourg

1924 : Société Anonyme Grouvelle Arquembourg
(document original)

La maison fut fondée en 1829 par Philippe Grouvelle. Il crée un cabinet d’ingénieurs et se spécialise dans les activités de chauffage et de ventilation. A l’exposition de Paris la maison reçut en 1844 la médaille d’argent et en 1855 la médaille de 1ère classe.

A partir de 1866 la maison est reprise par le fils aîné Jules (1840-1923). Les prix vont se succéder: 1ère classe à l’exposition de Paris de 1867, médaille d’or à Paris en 1878, diplôme d’honneur à Anvers en 1885, hors concours à Paris en 1889.

En 1890 Jules Grouvelle s’associe à Henri Arquembourg (1858-1940) qui avait rejoint le cabinet quelques années auparavant. La société déposa près de 250 brevets.

On leur doit: chauffage par vapeur à basse pression, chaudière avec régulateur de mercure, appareil de sûreté, surchauffeur, machine à contre pression, robinets de réglage, détendeurs, purgeurs, ventilateurs, aérothermes, HUMIDIFICATEURS1924 : Société Anonyme Grouvelle Arquembourg dans Vie de Lucien arrow-10x10, dessicateurs…

En plus de l’activité de base dans le domaine du chauffage la maison « GA » apporte une forte contribution à l’industrie AUTOMOBILEarrow-10x10 dans Vie de Lucien naissante à travers les problèmes de refroidissement, de carburation, d’éclairage et d’allumage (phares, dynamos, magnétos…)

US1173762-1.png

 (brevet pour le carburateur Arquembourg du 29 février 1916)

Les carburateurs « GA » ont équipé nombre de voitures, motos et moteurs fixes.

Plus tard, après plusieurs transformations, la maison GA devient la Société Anonyme Grouvelle et Arquembourg, autrement dit SAGA.

Rachetée en 1965 par les établissements Tunzini elle intégrera le groupe Saint-Gobain

Aujourd’hui SAGA existe toujours. C’est une société du groupe « Vinci Energies » et ses activités concernent la climatisation, la plomberie et le sanitaire ainsi que les couvertures et les réhabilitations.

Publié dans : Vie de Lucien | le 18 septembre, 2014 |1 Commentaire »

1924 : magasin de Lucien à Domfront

98386698

(document original)

  

Après 4 ans d’existence du blog je peux enfin vous montrer en photo le magasin, maison de Lucien située rue d’Alençon à Domfront, avec son distributeur d’essence, ses vélocipèdes…

 A la gauche de Lucien se trouve une femme agée qui ne peut être ni sa mère vu qu’il est orphelin, sa mère étant morte au Brésil, ni celle de sa femme Emilie, orpheline elle aussi. A la droite de Lucien se trouve sa femme agée alors de 30 ans. A l’extrême-droite se trouve son employé.

Publié dans : Vie de Lucien | le 15 septembre, 2014 |3 Commentaires »

1924 : distributeur d’essence

1924 : distributeur d'essence
(document original)

Le pétrole est distribué en France depuis 1859, principalement pour alimenter les lampes.

Au début de l’ère des AUTOMOBILES1924 : distributeur d'essence dans Vie de Lucien arrow-10x10 les conducteurs devaient acheter leur essence en bidon de 5 ou 10 litres. Puis ils le versaient dans le réservoir à l’aide d’un entonnoir sur lequel était placée une peau de chamois.

bidon-essence-1909.jpg

Entre 1898 et 1914  les premiers garages AUTOMOBILESarrow-10x10 dans Vie de Lucien voient le jour. Ils sont dépositaires à la fois de l’essence et de l’huile, stockées et livrées en bidons.

Dès 1909 les Américains et les Anglais s’équipent de pompes enterrées de 8000 litres dotées d’un système de pompe oscillante.

En France il faut attendre 1920 pour voir apparaître les premières pompes à essence .

En 1922, les pompes à jaugeur puis à bi-jaugeur, dont les fameuses SATAM, permettent le comptage précis du tirage du carburant.

Il existait à l’époque des pompes mobiles appelées « char romain » constitués d’un chariot sur lequel était placé une citerne. Elles étaient placées au carrefour des routes et allaient au devant des voitures.

Char-romain-SATAM-1926.jpg

C’est vers 1930 qu’apparaissent dans les villes les stations-modèles d’entretien et de graissage des voitures. Elles assurent alors la distribution d’essence, le graissage et les opérations de mécanique courante.

Dans les zones rurales le garage reste une ENTREPRISEarrow-10x10 familiale issue du charronage, de la maréchalerie ou de l’écurie de louage. Souvent il est possible à la fois de prendre de l’essence, faire réparer sa voiture mais aussi acheter son pain, son tabac , son journal ou boire un verre…

Il faut attendre 1936 pour voir apparaître le volucompteur mis au point par les Etablissements Boutillon. Ce compteur indique le prix de vente au litre, la quantité débitée et le prix à payer.

volucompteur-Boutillon-1952

Publié dans : Vie de Lucien | le 11 septembre, 2014 |2 Commentaires »

gâteau brésilien

cc04514c

(extrait du journal « Ouest-Eclair » du 21 août 1924)

DSCN6271

J’ai rajouté du chocolat au café…

DSCN6275

J’ai fait un mélange d’amandes éffeuillées et d’amandes en poudre…

DSCN6279

45 minutes à four à 150°

DSCN6297

Genre: fondant chocolat aux amandes…

DSCN6299

Franchement, nous avons complètement craqué…

Publié dans : Miscellanees | le 7 septembre, 2014 |4 Commentaires »

1924 : bourre

1924 : bourre
(document original)

Lucien a acheté 250 grammes de bourre calibre 14 pour 6,75 francs, soit 5.87 euros

La bourre est la partie grossière de la soie, de la laine ou du poil provenant de peaux d’animaux.

 bourre10.jpg

 En armement elle est utilisée dans les cartouches. Il en existe trois types:

 

  • la bourre grasse s’accorde avec les douilles en carton et permet une bonne dispersion de la gerbe de plomb. Les cartouches en bourre grasse sont recommandées pour le tir à courte et moyenne distance sur du petit gibier, pratiqué devant soi à la billebaude. Elles sont très utiles et efficaces sur les oiseaux difficiles comme la bécasse ou la grive.

  • la bourre en liège, très douce, diminue la vitesse initiale de dispersion de 60 m/s. 

Ces deux types de bourre sont précédées à l’intérieur de la douille, coté poudre, d’un obturateur à carton destiné à améliorer l’étanchéité afin d’éviter l’infiltration du gaz et la fusion des plombs. 

  • la bourre à jupe ou à godet, utilisée dans les douilles en plastique, correspond à la bourre moderne. La bourre concentre la gerbe donc nécessite un tir plus précis. Dans la douille la charge de plomb est située dans un godet à l’avant. Ce système protège le canon de l’emplombage.

    bourres.jpg

Publié dans : Vie de Lucien | le 28 août, 2014 |1 Commentaire »

1924 : écrou à oreilles

1924 : écrou à oreilles
(document original)

Lucien a acheté à l’entreprise J. Bassaler 2 paires d’écrou à oreilles pour 10,80 francs, soit 9,38 euros

Un écrou est un élément élémentaire du système VIS1924 : écrou à oreilles dans Vie de Lucien arrow-10x10/écrou, destiné à l’assemblage de pièces ou à la transformation de mouvement.

Les écrous à oreilles ont l’avantage de pouvoir être manoeuvrés à la main. Ils sont aussi appelés écrou à papillon.

L’invention du boulon et de l’écrou s’est déroulée en deux étapes:

1. Le filetage remonte aux environs de 400 avant J-C, inventé par le philosophe grec Archytos de Tarente, considéré comme le fondateur de la mécanique et contemporain de Platon, et utilisé pour les spirales pour faire remonter l’eau ou les pressoirs à raisin pour le vin.

img-28-small480.jpg

2.Les assemblages eux mêmes, conçus seulement au XVème siècle.

A cette époque Gutenberg utilisait des VISarrow-10x10 dans Vie de Lucien pour fixer les presses à imprimer, leur utilisation s’est répandue à l’horlogerie, aux armures…

C’est en 1568, en France, que fut créée la première machine à produire des boulons.

Au Royaume-Uni, en 1760, J. et W. Wyatt créent un processus industriel de production de filetage. Chaque entreprise aura ses propres écrous et VISarrow-10x10 avec des tailles différentes. Ce ne sera qu’après la deuxième guerre mondiale que des valeurs standard seront établies.

ecrou-visser-de-8.jpg

C’est la révolution industrielle qui va accélérer le perfectionnement des VISarrow-10x10, boulons et écrous.

Publié dans : Vie de Lucien | le 22 août, 2014 |1 Commentaire »

Joubarbe

Joubarbe

(extrait du journal « Ouest-Eclair » du 14 août 1924)

 

 

joubarbe-1.jpg

 

Dans le langage des plantes, d’après le livre « Les plantes originales » (1905) de Henti Coupin, la joubarbe symbolise la vivacité et l’ambition.

Publié dans : Miscellanees | le 18 août, 2014 |1 Commentaire »

1924 : graisse rose

1924 : graisse rose

 (document original)

 

… »Les graisses roses sont livrées en boîte de 1 litre »…

 

La graisse se présente sous forme d’une pâte visqueuse et collante. Sa couleur va déterminer son utilisation.

Ainsi la noire ou la blanche seront utilisées pour les assemblages mécaniques, emboîtement du tube de selle dans le cadre, connexion entre l’axe de la pédale et la manivelle…

La verte diffère de la blanche par son degré de friction et aussi par son action hydrophobe. Elle est utilisée pour les roulements de roue, de pédale ou de direction.

La graisse dorée est enrichie en cuivre. Elle sert à l’assemblage des tubes en titane, tube de selle ou axe de pédalier.

La graisse rose est utilisé pour l’assemblage des pièces en carbone, tige de selle. Cette graisse est enrichie de petits grains abrasifs qui permettent d’exercer une force de serrage moindre sur les éléments fragiles et légers. Elle peut être aussi utilisée dans les mécanismes travaillant dans des conditions modérées comme les outils de jardin, les gonds de porte, les volets, les glissières de machine… Elle a une bonne tenue à l’eau.

La graisse transparente est destinée aux suspensions et pivots de suspensions.

684417022805677

(trouvée sur un site marchand)

Publié dans : Vie de Lucien | le 16 août, 2014 |Pas de Commentaires »

Alcool de menthe de Ricqlès

Alcool de menthe de Ricqlès

 (publicité de 1924 trouvée sur le site de la BNF)

Voici ce qui en est dit à l’exposition de Lyon de 1872:

expo-de-lyon-1872.jpg

 Même les journaux des églises de Rouen et du Havre du 30 décembre 1911 en vantent les mérites.

eglise-de-rouen-et-du-havre-30-12-1911

Et enfin voilà une bouteille trouvée lors de mes balades en forêt:

DSCN6109

Je n’ai pas osé vérifier si la poudre blanche dedans était du Ricqlès…

Publié dans : Miscellanees | le 10 août, 2014 |Pas de Commentaires »
1...89101112...55

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..