Archive pour la catégorie 'Miscellanees'

1919 : timbres

663b2105.jpg

timbres taxes

(document original)

Depuis le début de mes recherches je voyais ces timbres orner les factures. Suite à l’article d’hier sur la taxe sur les objets de luxe il me parait nécessaire de différencier quelques timbres.

Le timbre fiscal est une figurine fixe ou mobile utilisée pour le recouvrement de droits dûs par les administrés pour l’établissement, la copie ou l’authentification d’un acte. Il permet de justifier le paiement des taxes ou des impôts à l’administration.

  

TIMBRE-fiscal-1927.jpg

(document original)

Le timbre quittance constate le paiement de sommes ou la remise de valeurs ou d’objets. Le timbre constitue la preuve de la libération du débiteur.

Ainsi un simple bout de papier avec un timbre quittance sera un justificatif de loyer.

Il est retrouvé dès 1871 un timbre de 15 centimes sur des reçus de quittances privées.

TIMBRE-quittance-1922.jpg

(document original)

Et enfin le timbre poste, émis pour la première fois en France en 1849, fut le fameux « Cérès » sous la IIème république. Sa valeur de 20 centimes était la valeur de l’affranchissement d’une lettre.

Il marquait l’adoption du système inventé au Royaume-Uni visant à faire payer le port par l’expéditeur et non plus par le destinataire.

Une seule famille de graveur fut l’instigateur de tous les timbres de cette époque, les Barre.

1849.jpg

Puis à partir de 1903 apparaissent les semeuses, d’usage courant, de Oscar Roty.

Ensuite après la guerre de 1914-1918 les timbres vont être le reflet de causes, d’événements, de lieux ou de personnes.

http://www.timbres-de-france.com

Publié dans:Miscellanees |on 24 juillet, 2011 |2 Commentaires »

1918 : armistice

lacroixlundi12novembre1918.jpg

la Croix 12 novembre 1918

L’armitice, signé le 11 novembre 1918 à 5h15, marque la fin des combats de la première guerre mondiale de 1914-1918, la victoire des alliés et la capitulation de l’Allemagne.

Le cessez-le-feu fut effectif à 11h et déclencha en France des volées de cloche et des sonneries de clairon annonçant la fin de cette guerre qui entraina la mort de plus de 18 millions de personnes, des millions d’invalides et de mutilés.

Les généraux allemands et les alliésse réunirent dans un wagon-restaurant du Maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.

armisticephoto.jpg

 

Élaboré au cours de la conférence de Paris, le traité de Versailles qui suivit l’armistice fut signé le 28 juin 1919 dans la galerie des Glaces du château de Versailles et promulgué le 10 janvier 1920. Il annonça la création d’une Société des Nations et détermina les sanctions prises à l’encontre de l’Allemagne et de ses alliés. Celle-ci, qui n’était pas représentée au cours de la conférence, se vit privée de ses colonies et d’une partie de ses droits militaires, amputée de certains territoires et astreinte à de lourdes réparations économiques.

Publié dans:Miscellanees |on 15 juillet, 2011 |3 Commentaires »

1914-1918 : monnaie

c3a8df1a.jpg

Billet de 5 francs violet édité du 1er décembre 1917 au septembre 1933.

Son verso représente un docker sur une échelle montant un sac sur le quai d’un port devant un voilier amarré.

En filigrane la tête du jeune guerrier de la Marseillaise de Rude.

Durant la Grande Guerre les monnaies métalliques ne tardèrent pas à manquer.

Pour faire face à cette disparition il y avait certes  les billets de banque mais il fut aussi mis en circulation des pièces de monnaies par des commerçants, des municipalités ou des chambres de commerce.

monnaie.jpg

 

De faible valeur faciale ces pièces présentent une grande diversité de types et sont fabriquées dans des matériaux variés : aluminium, laiton, fer et même carton.

Publié dans:Miscellanees |on 15 juillet, 2011 |1 Commentaire »

1914-1918 : dessins humoristiques

Image du Blog babethhistoires.centerblog.net

la Baïonnette avril 1916

La Baïonnette était un hebdomadaire satirique et patriotique. Il fut créé en 1915 et est consacré principalement à la Grande Guerre. Tout est en charge contre l’ennemi. Il traita avec humour et justesse de la vie des soldats. Le journal fut trés peu censuré. Il cessa d’être publié en 1920.

 

lefront16021917dessinhumoristique.jpg

le Front 16 février 1917

Le Front fut un bimensuel exclusivement illustré et rédigé par les poilus de l’avant.

 

lepetitjournal26031916.jpg

le Petit Journal 26 mars 1916

Le Petit Journal fut lançé en 1863 par Moïse Millaud et reçut un vif succés grâce à son coût modique et son petit format. Il misa sur le sensationnel. En 1937 il devint l’organe du Parti Social Français. En 1944 il fut supprimé après s’être replié en 1940 à Clermont-Ferrand.

le-petit-journal-du-dimanche28-01-1917 - Copiele-petit-journal-du-dimanche28-01-1917

         le Petit Journal du dimanche 21 janvier 1917

Le Petit Journal du dimanche fut créé en 1884 pour concurrencer l’Illustration. Il fait la part belle aux faits divers. Il ne rencontra pas le succés esperé. Il change de nom en 1920 et devient le Petit Journal illustré.

Publié dans:Miscellanees |on 12 juillet, 2011 |10 Commentaires »

1914-1918 : réclames

Avant de clore cette période de la guerre 1914-1918 j’aimerais m’arrêter sur quelques publicités qui m’ont interpellée lors de mes recherches.

Lucien les a peut être vues ou lues.
 

 lepetitjournal27031916valda.jpg

 le Petit Journal 27 mars 1916

 legaulois16111917pub.jpg

le Gaulois 16 novembre 1917

ouestfrance16081917pub.jpg

Ouest France 16 aout 1917

intransigeant22041916pub.jpg

l’Intransigeant 22 avril 1916

intransigeant22041916pubchocolat.jpg

l’Intransigeant 22 avril 1916

Publié dans:Miscellanees |on 10 juillet, 2011 |7 Commentaires »

Les assurances : historique

L’assurance : toute une histoire

 

De premières méthodes de transfert de risques sont signalées chez les babyloniens, dès le IIème millénaire avant J.-C. Le système développé est repris dans le Code d’Hammourabi. Si un marchand effectue un prêt pour effectuer un transport il paye une somme supplémentaire au prêteur. Le prêt n’a pas à être remboursé si la marchandise est volée.

1000 ans plus tard, les habitants de Rhodes inventent la mutualisation. Les marchands dont les biens arrivent à destination remboursent ceux dont les biens ont été détruits lors d’une tempête.

Les grecs et les romains introduisent l’assurance santé et l’assurance vie. Les Guildes du Moyen Âge remplissent un rôle similaire en participant aux frais d’obsèques de leurs membres décédés.


À la fin du XVIIème siècle l’importance croissante de Londres en tant que centre de commerce tire la demande pour des assurances maritimes. Edward Lloyd crée dans une taverne un lieu où les marins et les affréteurs peuvent assurer leurs bateaux. Aujourd’hui encore la Lloyd’s de Londres reste le haut lieu de l’assurance maritime.

ourbusinessimg.jpg

 

Au sens moderne l’assurance remonte au grand feu de Londres de 1666 qui détruisit 13 200 bâtiments. À la suite de cet incendie Nicholas Barbon ouvre un bureau pour assurer les bâtiments.

 

greatfirelondonen1666.jpg

 

L’année suivante naquit la première compagnie d’assurance sur l’incendie.

En 1818 le Conseil d’état français autorise le contrat sur la vie.

Au 20ème siècle compte tenu des technologies nouvelles, les types de contrats d’assurances s’étoffent et s’étendent à l’automobile, l’avion, etc…puis à la protection sociale.
 

Le contrat d’assurance

 

L’origine du contrat d’assurance est romaine.

Le premier type de contrat connu était une assurance au dernier survivant.

Il s’agissait plus particulièrement d’un contrat moral permettant d’aider généralement financièrement la dernière personne survivante d’un groupe. Plusieurs personnes se connaissant mettaient une valeur de côté à des dates convenues. La dernière survivante du groupe bénéficiait de l’ensemble de ces valeurs.
Aujourd’hui encore il existe ce genre de contrat qui se nomme la Tontine.

En 1653 à la demande de Mazarin, le banquier napolitain Lorenzo Tonti imagine une nouvelle formule d’épargne : chaque souscripteur verse une somme dans un fonds et touche les dividendes du capital investi. Quand un souscripteur meurt, sa part est répartie entre les survivants. Le dernier survivant récupère le capital.
Dès lors les associations recueillaient et faisaient fructifier les cotisations des adhérents à leur unique profit. La Tontine s’apparentait à un système de rente viagère, créée beaucoup plus tard, et de loterie nationale.

En 1689 : création de la première Tontine royale.

En 1770 : transformation des tontines royales en rente viagère à taux fixe.

En 1938 : le fonctionnement des Tontines est réglementé par décrets.
 Ceux-ci, insérés depuis dans le Code des assurances, garantissent une protection maximale des intérêts des Sociétaires.

En 1955 :  la Tontine devient un système d’épargne intégralement sûr.

En 1987 : la Tontine est exonérée de la taxe sur les conventions d’assurance.

Publié dans:Miscellanees |on 18 juin, 2011 |3 Commentaires »

« Au Bon Marché » à Paris

aubonmarch.jpg

S’il est bien un magasin qui nous interpelle c’est « Au Bon Marché ».

«Une cathédrale de commerce pour un peuple de clients». Voilà comment dans « Au bonheur des dames » Zola le définissait.

Crée en 1852 par Aristide Boucicault (1810 dans l’Orne-1877), associé pendant 10 ans à Paul Videau, ce grand magasin va avoir un esprit novateur :

L’entrée libre : la clientèle peut flâner en toute liberté et toucher les marchandises.

Les prix fixes : il n’y a plus de marchandage.

Les ventes à petit bénéfice : la marge bénéficiaire est réduite à 13%.

L’échange ou remboursement des achats : invention du terme «garantie de qualité».

La multiplication des produits exposés en magasin.

Le service de livraison à domicile.

La vente par correspondance avec envoi franco de port : le premier catalogue apparaît en 1871.

L’organisation de ventes spéciales : invention de la grande vente du « blanc » de fin janvier à début février.

Le développement de la publicité : utilisation de la presse, de prospectus et de catalogues avec parfois la présence d’échantillons.

Les systèmes d’avantages sociaux destinés aux employés : caisse de prévoyance avec perception d’un capital vieillesse ou décès, possibilité de progression de carrière, caisse de retraite qui ouvre droit après 20 ans de carrière à une pension.

Dans les grandes galeries il organise des balades à dos d’ânes pour les enfants des clientes.

Bâtiment (Boileau-Eiffel) à plusieurs étages avec de larges baies vitrées pour laisser  entrer la lumière, au sommet duquel une salle de mille places sera aménagée pour accueillir des soirées.

Publié dans:Miscellanees |on 11 juin, 2011 |Pas de commentaires »

Hivers 1892-1894

froid.png

D’après la météorologie nationale sur 136 ans, de 1874 à 2010, 46 hivers entrent dans la catégorie des hivers extrêmement rigoureux (hivers dont la température minimale descend en dessous de moins 9) dont les hivers 1892 à 1894.

Au XXème siècle le plus connu fut l’hiver 1953 1954, hiver durant lequel l’Abbé Pierre lança son fameux appel sur les postes radio pour venir en aide aux plus démunis.

Durant les hivers de 1892 à 1894 , à Paris il y eut pendant 17 jours des températures inférieures à – 10 avec un minimum absolu de – 15 le 7 février.

Toutes les rivières de l’Est de la France ont gelé, la Seine fut prise elle aussi courant janvier 1894.

Dans certaines régions de la Haute-Marne les sols furent gelés sur des profondeurs de 90cm et courant février 1894 le sol de la banlieue de Paris fut gelé sur une profondeur de 60 cm.

Dans la région de Montpellier de nombreuses vignes eurent leurs souches fendues par le gel.

 Quelques records négatifs :

- 43 au sommet du Mont Blanc

- 18 à Blois

- 19 à Bourges

- 25 à Lyon

- 26 à Chaumont

- 17 à Dignes

- 35 au Pic du Midi

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hiver_rigoureux_en_France_métropolitaine

Publié dans:Miscellanees |on 26 mai, 2011 |Pas de commentaires »

Page d’histoire du Brésil

bresilpillage.jpg

La Vieille République désigne la période de 1889 à 1930. São Paulo monopolise le pouvoir central d’une République Café com leite, oligarchiste, dans laquelle la classe moyenne grandissante pousse au changement.

Après le coup d’État de 1889, la République est calquée sur le modèle des États-Unis, c’est un État fédéral avec une tradition de port d’armes pour les individus.

L’empire est mort d’avoir mécontenté les nobles possédant des esclaves, c’est donc une république née à droite contre un empire progressiste. L ‘esclavage est  aboli en 1888. Depuis le XVIIème siècle jusqu’à cette date le Brésil aura importé 8 générations d’esclaves africains. Il est le pays d’Amérique ayant reçu le plus d’esclaves soit environ 5.5 millions de déportés.

La période entre 1889 et 1930 est celle du règne des grands propriétaires. Elle est dite « République Café com leite » (‘’République Café au lait’’) puisque s’appuyant sur les industries cafetières de São Paulo et laitière-bovine du Minas Gerais.

Les propriétaires fonciers sont surnommés les coronels. Les différents présidents ne font pas de campagne électorale, il leur suffit d’avoir un certain nombre de généraux dans l’armée en leur faveur. Les grands propriétaires qui payent ces généraux alternent au pouvoir.

En effet, la fin de l’esclavage a entraîné la diminution du pouvoir de l’industrie sucrière du Nord-Est au profit de l’industrie cafetière du Sud-Est et de l’État de São Paulo qui monopolise finalement le pouvoir central (le café représente 60 % des exportations).

Publié dans:Miscellanees |on 25 mai, 2011 |Pas de commentaires »

Le Brésil en 1893

220e5a79.jpg

Pour ceux et celles qui se demandent pourquoi des Anglais à Rio alors que le Brésil était une colonie portugaise? Pourquoi des dollars? Et pourquoi un consul?

Une petite recherche encyclopédique explique : en 1808 le roi Portugais Jean VI fuit Lisbonne pour Rio de Janeiro devant les troupes napoléoniennes qui envahissent son pays. Rio de Janeiro devient la capitale de l’empire colonial portugais. Le Brésil perdit alors son statut de colonie. L’Angleterre assura la protection du Brésil en échange d’intéressants contrats commerciaux.

Pour le dollar il s’agit bien d’une pièce anglaise, en effet pour se différencier de leur monnaie sur le sol anglais les Britanniques ont adopté le dollar comme monnaie dans les différentes régions du monde où ils commerçaient.

Brasilia est la capitale où se situe l’ambassade de France, un des consulats se trouvant toujours dans la mégalopole de Rio de Janeiro.

65ecc6411.jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Brésil

ou

http://fr.wkipedia.org/wiki/Colonisation_portugaise_des_Ameriques

Publié dans:Miscellanees |on 24 mai, 2011 |Pas de commentaires »
1...1516171819

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..