1925 : Bénédictine, suite

1925 : Bénédictine,  suite

(document original)

 

Tout commence au 16èmesiècle quand un moine Vénitien du nom de Dom Bernardo Vincelli s’installe à l’abbaye de Fécamp. Il va élaborer un cordial à base de plantes locales et d’épices venues d’Orient. Cette liqueur aux vertus curatives sera produite par les moines Bénédictins de Fécamp jusqu’à la Révolution, date à laquelle les moines seront chassés de l’abbaye.

Le grimoire contenant la recette originale sera vendu puis oublié.

Vers 1863 un négociant en vin, Alexandre Le Grand, va la retrouver. Il va, après moult recherches et essais, proposer une liqueur titrée à 40°. Elle est fabriquée à partir de 27 plantes dont l’angélique, l’hysope, le safran, l’arnica, la cannelle, la mélisse, le thym, la coriandre, la girofle, le citron… Il va la commercialiser sous le nom de «bénédictine». Cette dénomination sera la propriété exclusive de la Société Anonyme de la liqueur de Bénédictine de l’abbaye de Fécamp à partir de 1864.

capiello.jpg

Sa distillation dans des alambics de cuivre demande à être mûrie dans des fûts de chêne durant au moins deux ans.

Son succès sera fulgurant. En 1873 plus de 150 000 bouteilles vont être produites. Il crée alors en 1876 la société Bénédictine S.A. et dépose tous les éléments de la marque autant en France qu’à l’étranger.

Visionnaire il va faire appel à des affichistes pour promouvoir sa marque, dont Lopes Silva, Mucha et Cappiello.

La recette est toujours tenue secrète. Seul trois exemplaires en existent dans le monde.

L’embouteillage se fait désormais dans l’usine Bacardi-Martini de Beaucaire dans le Gard.

Benedictine_01.jpg

Publié dans : Vie de Lucien |le 27 août, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..