Archive pour janvier, 2015

1925 : Société Anonyme des Huiles Renault

1925 : Société Anonyme des Huiles Renault

(document original)

Dans un souci d’être moins dépendant de ses fournisseurs, de produire du matériel de qualité et à coût constant, Louis Renault va se diversifier. Ainsi la Société Anonyme des Usines Renault va produire des briques avec les résidus de mâchefer qu’elle utilisera pour agrandir son usine sur l’île Seguin, elle en vendra aussi à Citroen en 1933 pour agrandir son usine de Javel.

 Louis Renault va produire des huiles par l’intermédiaire de la Société Anonyme des Huiles Renault créée en 1911 mais aussi du sable en 1922,des bougies, de la ouate et des pneus en 1935.

z

En 1936 des affiches de la Société Anonyme des Huiles Renault circulaient encore.

1936.jpg

Dans un recueil de jurisprudence en matière civile de 1942 il apparaît que la Société Anonyme des Huiles Renault aurait licencié un ouvrier alors que tout le personnel était réquisitionné depuis le 10 novembre 1939 sans indemnité.

Durant la seconde guerre mondiale les usines Renault fonctionneront à plein régime pour l’armée allemande produisant camions, tanks, voitures de tourisme…

En 1944 Louis Renault sera accusé de collaboration et arrêté après dénonciation par un proche d’un ex-employé, lui-même ancien ministre du gouvernement de Vichy ! Il mourra avant son procès, âgé de 67 ans, suite aux manques de soins et aux tabassages répétés de ses geôliers communistes, épurateurs revanchards autoproclamés justiciers. Devant relancer l’économie, dans un mélange de cynisme et de pragmatisme, le gouvernement provisoire de Charles de Gaulle fermera les yeux sur les circonstances de sa disparition afin de pouvoir procéder à la nationalisation de l’entreprise. Cette dernière se fera sous le nom de Régie Nationale des Usines Renault, faisant disparaître du même coup la Société Anonyme des Huiles Renault.

huiles-renault-mandat-30-11-1925

(document original)

Un site dédié à Louis Renault:

http://www.louisrenault.com/index.php/presentation/un-site-dedie-a-louis-renault

Réponse à l’historienne communiste, Annie Lacroix-Riz, adepte de la thèse du complot synarchiste, sur son texte « Louis Renault et « la fabrication de chars pour la Wehrmacht » »

par Laurent Dingli, docteur en Histoire:

http://www.louisrenault.com/index.php/reponse-a-annie-lacroix-riz

Publié dans:Vie de Lucien |on 30 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

1925 : François Salvador

1925 : François Salvador

(extrait du journal « Ouest-Eclair » du 22 janvier 1925)

En ce 21 janvier 1925, à Nancy, la veuve a fait son oeuvre. Accusé de deux meurtres François Salvador est mort à 6h15.

salvador.jpg

A l’âge de 18 ans, en 1914, François Salvador s’engage au 5ème Régiment d’Artillerie de Campagne basé à Besançon. Il sert dans une batterie de mortiers de tranchées.

Décoré de la croix de guerre pour haut fait il fera une formation d’artificier, puis sera nommé chef artificier en 1919.

A Chambley il dirige dans cette Meuse truffée d’explosifs une équipe de trois hommes, Casimir Dolavelle, Pierre et Louis Roussel.

A l’occasion d’une soirée bien arrosée il attire Casimir dans un abri à la recherche d’un trésor, l’abat d’un coup de revolver et le dépouille de ses économies qu’il détenait toujours dans son portefeuille (3000 francs). Puis il fait sauter l’abri à la mélinite.

En janvier 1921, dans la région de Pont-à-Mousson, il effectue un travail de reconnaissance avec Jacques Roussel. Il le laisse pénétrer dans un abri rempli d’obus anglais, l’abat d’un coup de revolver, le dépouille de ses économies (5000 francs en bons du Trésor) et fait sauter l’abri.

Le frère de la victime doute des propos de Salvador qui prétend que c’est un accident.

La machine judiciaire ne se mettra en route que quand François Salvador vendra un des bons du Trésor. Des fouilles vont être effectuées et vont permettre de découvrir des douilles du revolver de Francois Salvador.

5579436731_08ccbb3605_o.jpg

Il sera arrêté au Creusot par le commissaire Buffet le 15 février 1923.

Malgré sa conduite exemplaire durant la guerre de 14-18 les jurés vont condamner François Salvador à mort.

Son recours en grâce sera refusé par Gaston Doumergue.

Publié dans:Miscellanees |on 27 janvier, 2015 |1 Commentaire »

1925 : 24 janvier

d648e06c

En ce 24 janvier 1885 la naissance de Lucien Victor Pardonce est déclarée en mairie du Xème arrondissement de Paris, en présence de l’enfant.

40 ans

Bon anniversaire Lucien

1829-Carte-ancienne-joyeux-anniversaire_maxi.gif

Publié dans:Vie de Lucien |on 24 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

1925 : cycles Saving

efb03f7c

(document original)

Les cycles Saving naissent de l’association de la Société Teurtroy et Cie et de Messieurs Jouclas et Hervé, le 27 mars 1903.

Le 18 mai 1904, M.Teurtroy quitte la société. Elle se renforce avec M. Widmer, son capital est alors porté à 100 000 francs.

Dans la revue de l’association des abonnés au téléphone de Paris de février 1907, le magasin de M Kléber-Forest, au 6 rue Poisson, se dit spécialiste des cycles Saving.

1900-pas-meme-adresse.jpg

(affiche dessinée par Philippe Chapellier)

Une des dernières traces de cette société est le mandat ci-dessus, retrouvé dans les documents de Lucien.

Poulain1922.jpg

Né le 14 février 1884 à Saint-Hélier sur l’île de Jersey, Gabriel Poulain devient champion de France de vitesse et du monde, en 1905 à 21 ans, sur un cycle Saving.

Sa vie sportive a été sérieusement hachée. Vers 1910 il construit son premier avion et obtient son brevet en date du 15 juillet.

Il gagne en 1912 le prix de 1000 francs attribué pour un vol de 1 mètre en aviette (bicyclette volante).

poulain22.jpg

Suite à une mauvaise chute il retourne au cycle. La guerre va interrompre encore son parcours de champion du cycle. Il va, durant 50 mois, s’investir dans le perfectionnement des armes.

En 1924, à 40 ans, Gabriel Poulain redevient champion de France et deuxième du championnat du monde .

Sa résurrection au haut niveau du cycle est due à son intelligence, son travail assidu et sa volonté.

Sa carrière sportive terminée, il devient commerçant et pratique le yachting en loisir.

Il meurt le 9 janvier 1953, âgé de 68 ans.

Poulain.jpg

Publié dans:Vie de Lucien |on 22 janvier, 2015 |1 Commentaire »

1925 : humour

1925 : humour

(extrait du journal « Le Percheron », 1911)

Publié dans:Miscellanees |on 18 janvier, 2015 |1 Commentaire »

1925 : bougies Gilardoni

1925 : bougies Gilardoni

(document original)

Les tuileries Gilardoni ont été fondées par deux frères, François-Xavier et Thiebaut-Joseph, en 1834. Leurs travaux aboutiront à l’invention de la première tuile à emboîtement, brevetée en 1841. Le fils de François-Xavier crée sa propre tuilerie à Choisy-le-Roi, développe la production de céramique d’ornement et obtient même une médaille d’or en 1900.

A 490959

La société se lancera dans la bougie en 1916.

La bougie est insensible aux vibrations et doit supporter sans se briser les différentes températures.

Sa composition comporte une douzaine d’éléments dont l’acier, le nickel, le cuivre rouge, le laiton, l’aluminium, et la stéatite. La stéatite est une roche tendre qui possède une capacité calorifique élevée.

Montage-bougies-12.jpg

Les bougies subissent d’importants contrôles. Des essais sont entrepris sur l’étanchéité sous pression d’air de 30kg/cm2, l’étincelle à l’air libre et sous pression, et la résistance dialectrique.

Elles sont utilisées par les plus grandes marques: Almicar touriste, Buick, Delage, Delahaye, Talbot, Terrot, Peugeot mais aussi des marques moins connues comme Hotchkiss, Echard, Brasier…

La bougie est retrouvée dans les plus grandes épreuves: le Bol d’Or, le Grand Prix de l’U.M.F., le Meeting de Boulogne, le Circuit des Routes Pavées, le Circuit de la Côte de Gaillon…

 gilardoni-pub-1

Publié dans:Vie de Lucien |on 15 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

1925 : biscuiterie Pilon

1925 : biscuiterie Pilon

(document original)

Vers 1883 cette biscuiterie est créée par Bugard et prend alors le nom de biscuiterie Bugard & Cie.

700_001

Elle s’installe alors à Nantes (Ville-en-Bois), puis elle est reprise vers 1891 par Ducasse & Guibal, puis par Henri Pilon.

guibal-echant

A partir de 1923 la biscuiterie vante dans ses publicités le perfectionnement de son outillage et la finesse de ses produits. Ses produits sont des gaufrettes vanille, des petits beurre et des boudoirs.

En 1924 la biscuiterie offre en 24ème prix des concours de « l’Ouest-Eclair » une caissette de gâteaux « biscuits de Pilon » d’une valeur de 30 francs.

En 1927 la biscuiterie Pilon et Fils fait partie des généreux donateurs pour le bureau de bienfaisance de Nantes avec un don de 200 francs.

Le 19 juillet 1928 la biscuiterie dépose le nom de « dessert des petits«  dans les produits de patisserie au greffe du tribunal de commerce de Nantes  sous le numéro 135 238.

Dans le journal « l’Ouest-Eclair « du 14 octobre 1928 la biscuiterie recherche de bonnes ouvrières.

143_001

 

Publié dans:Vie de Lucien |on 9 janvier, 2015 |1 Commentaire »

1925 : chant « A l’An Nouveau »

1925 : chant "l'An Nouveau"

(extrait du journal « l’Ouest Eclair » du 1er  janvier 1925)

Publié dans:Chansons |on 3 janvier, 2015 |5 Commentaires »

1925 : voeux

ee7026c4

(extrait du journal « l’Ouest Eclair » du 1er janvier 1925)

Publié dans:Miscellanees |on 1 janvier, 2015 |1 Commentaire »

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..