1924 : Mathis

1924 : Mathis

(document original)

 

 Recu de Monsieur Pardonce la somme de 6000 francs (5211,45 euros) pour l’achat d’une auto d’occasion de marque « Mathis ».

 

 Après avoir eu son permis de conduire en aout 1922 Lucien s’achète sa première voiture, une « Mathis ».

 

 

mathis-6cv-type-P.jpg

L’aventure débute avec Emile Ernest Charles Mathis né à Strasbourg en1880. Dès 1901 il crée une entreprise de vente, d’entretien et de réparation d’automobiles. Son amitié avec Ettore Bugatti va l’amener à fabriquer en nombre restreint une voiture type « Hermès-Simplex » à Graffenstaden. Suite à une mésentente ils se séparent en 1906.

A cette date son garage « l’Auto Mathis Palace » est le plus grand d’Allemagne et l’un des trois plus grands au monde.

Il va vendre dans les années qui suivent plus de 500 chassis ou voitures complètes. Il détient le monopole pour l’Allemagne (l’Alsace étant alors allemande) des marques « Fiat » et « De Dietrich ».

Ce n’est qu’à partir de 1910 qu’apparaîtront les premières voitures de marque « Mathis ». Puis dès 1912, avec la construction de la première usine au sud de Strasbourg, apparaissent la « Baby » puis la « Babylette ».

 

 

EMILE-MATHIS-BABYLETTE-1912.jpg

 

( « Babylette » 1912)

 

Avant la première guerre mondiale la marque est connue, certes pour la qualité de ses véhicules légers, les courses remportées (Grand Prix de l’A.C.F. à Dieppe en 1912, Grand Prix de France au Mans en 1913, les pilotes étant Mathis lui même ou Dragutin Esser), mais aussi par une politique publicitaire sur cartes postales .

Durant la guerre de 14-18 les usines ne produisent plus que des ambulances et des camions. Enrôlé dans l’armée impériale Monsieur Mathis déserte et rejoint l’armée française.

A partir de 1919 les modèles vont se succéder: 8/10 HP « S », 6HP « P » en 1921, 10 HP « PS » et « L » en 1922, 8/10 HP « M » en 1923, 11 CV « G » en 1924.

En 1920 la Mathis 10 CV « SB » bat le record mondial d’économie de carburant, 4,481 litres au 100 kilomètres, puis une 6 CV « P », 2,38 litres au 100 kilomètres.

La production journalière des voitures passe de 12 en 1920 à 50 en 1923, puis 100 fin 1924.

usine MATHIS 2

 

 Liens:

 

http://www.mathis-auto.com

 http://www.club.mathis.free.fr/

wikipedia

 http://www.gallica.bnf.fr/

 

A suivre…

Publié dans : Miscellanees |le 23 janvier, 2014 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 23 janvier, 2014 à 16:50 unevieniplusnimoins écrit:

    coucou!
    Je cherche à faire connaître mon blog donc je visite différents blogs pour commenter ceux que je préfère et je dois avouer que ton blog est vraiment très bien fait et très intéressant!
    Bonne continuation.
    http://unevieniplusnimoins.unblog.fr/

    Répondre

  2. le 24 janvier, 2014 à 21:46 chamade1000 écrit:

    Bonsoir
    Merci pour le commentaire sur mon blog.
    C’est vraiment intéressant tous ces articles!
    J’aime assez cette période. Il me semble que les gens étaient plus heureux que maintenant

    Bonne soirée et bon week-end
    Bises
    Francine

    Dernière publication sur Mes émotions : Quelques pensées et "textes" que j'apprécie°°°°°

    Répondre

  3. le 24 janvier, 2014 à 22:38 Epamine écrit:

    J’ignorais que « Mathis » était une marque de voitures. Merci pour cette découverte.

    Répondre

  4. le 25 janvier, 2014 à 19:32 jcn54 écrit:

    Merci de ta visite Babeth, bisous, bon week-end.

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

    Répondre

  5. le 26 janvier, 2014 à 10:23 jijimagiccinqsept écrit:

    Bonjour Babeth,

    Émile Mathis, un personnage que je ne connaissais pas, dont la biographie mériterait un film !
    Bugatti se consacrant au luxe, Mathis au peuple, deux ambitions bien différentes, qui rendent le second bien sympathique.

    La bio précise que Mathis serait mort accidentellement en 1956, tombé de la fenêtre de son hôtel.
    Sachant qu’il céda son entreprise à Citroën trois ans plus tôt, qu’il était sans héritiers et remarié sur le tard, j’ai du mal à ne pas croire à un acte volontaire, voire…

    Merci en tout cas pour cet article !!!

    Bisous,

    Jean-Jacques.

    Dernière publication sur  : Adieu Manitas...

    Répondre

Laisser un commentaire

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..