Archive pour le 24 mars, 2013

1923 : manufacture des armes et cycles de Saint-Etienne

1923 : manufacture des armes et cycles de Saint-Etienne

(document original)

L’entreprise fut créée par les associés Etienne Mimard (1862-1944) et Pierre Blachon en 1885.

Leur réussite s’est appuyée sur l’audace de leurs produits innovants et leurs qualités.

catalogue-manufacture-1905.jpg

(extrait du catalogue de 1905)

L’entreprise « Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Etienne » fut connue dès 1887 avec la sortie de son fusil «L’Idéal», fusil sans chien, mais d’autres armes vinrent conforter la renommée de la maison: Simplex, Robust, Rapid, Buffalo…

Mais son image d’entreprise d’excellence fut aussi dans d’autres domaines, les cycles avec la fameuse marque « Hirondelle », les machines à coudre  « Omnia« , la coutellerie…

L’ »Hirondelle » deviendra la bicyclette attitrée des gendarmes, valant à ces derniers d’être eux-mêmes surnommés « les hirondelles ».

1923 : manufacture des armes et cycles de Saint-Etienne dans Vie de Lucien hirondelle-1910-300x213

(extrait du « Tarif-Album » de 1910)

L’usine va s’agrandir au fur et à mesure de sa notoriété. En 1892 un gigantesque hall d’administration va voir le jour, organisé à l’américaine, avec au rez-de-chaussée la publicité, la comptabilité et le service achat et au premier étage, dans les galeries, les services commerciaux qui vont gérer de 8 à 10 000 lettres par jour dont 5 à 6 000 commandes.

Les premiers ateliers à toit en dents de scie seront construits à Villeboeuf en 1893.

Une centrale énergétique verra le jour en 1902 en remplacement des machines à vapeur fonctionnant au charbon.

La manufacture construira entre 1916 et 1928 une des premières usines à étages avec des poutrelles métalliques, rue Lassaigne.

vue-du-hall-1910.jpg

A la mort de Pierre Mimard en 1944 la société, fondée comme une société en commandite par actions, se retrouve sous la direction de la ville de Saint-Etienne devenue actionnaire majoritaire avec un capital de 60 millions de francs.

L’entreprise changera de nom en 1947 et deviendra «Manufrance ».

Dès la fin du XIXème siècle l’entreprise propose des congés payés avec appointements, une caisse d’assurance maladie, un dispensaire médical et un cercle de réunion pour les ouvriers.

Entrepreneur emblématique du XIXème siècle Etienne Mimard avait fait modifier les claviers des machines à écrire de l’entreprise afin que les dactylos formées chez lui ne puissent travailler ailleurs.

secretaires_v1.jpg

L’entreprise, par son esprit de création et d’innovation, va révolutionner les ventes en produisant le fameux «Tarif-Album », 1er catalogue de vente directe par correspondance en 1887 qui deviendra par la suite « le catalogue Manufrance » en 1973. Mais aussi en éditant un mensuel « le Chasseur Français », promoteur des traditions culturelles françaises.

Ce fameux « Tarif-Album » proposera à la vente: livres, outillage, quincaillerie, articles de pêche, materiel de photographie, tout pour les voyages, les sports, les jeux, les armes et les articles de chasse, les machines à coudre, les machines à écrire, les cycles… sur plus de 450 pages en 1905.

tarif-album.jpg

(extrait du « Tarif-Album » de 1905)

Sa devise était «Bien faire et le faire savoir».

En 1979 la société Manufrance est placée en règlement judiciaire et liquidée. 1875 employés vont ainsi se retrouver au chômage.

 Pour accéder aux archives officielles de la manufacture:

http://www.loire.fr/jcms/c_819765/manufrance-nous-devoile-ses-archives

Un  »Tarif-Album » en ligne de 1905:

http://www.bm-st-etienne.fr/simclient/integration/MANUSCRITS/dossiersDoc/voirDossManuscrit.asp?INSTANCE=EXPLOITATION&DOSS=BKDD_1970672#

Publié dans:Vie de Lucien |on 24 mars, 2013 |1 Commentaire »

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..