Archive pour juin, 2012

1922 : les piles

1922 : les piles

(document original)

L’origine discutée et incertaine des piles semble dater de 250 avant Jésus Christ.

En effet, au cours de fouilles dans la région de Bagdad dans les années 1930, furent découvertes de drôles de poteries en terre cuite.

En effet ces vases de 20 cm de haut et de 7,5 cm de diamètre, fermés par des bouchons de bitume de Judée, contenaient une tige de fer reposant sur un bouchon de bitume et entourée d’un cylindre métallique recouvert d’une couche d’oxyde bleuté (cuivre et argent).

PileBagdad02.jpg

(image trouvée sur le site http://dspt.perso.sfr.fr/les_piles.htm)

Dans les années 1940 Williard F.M.Gray prouva, en ajoutant un vinaigre, la production de courant de 0,5 à 1,5 volt par ces piles dites de Bagdad.

Les historiens et scientifiques expliqueraient ainsi la qualité des bijoux d’or des Sumeriens par l’utilisation de ces piles pour plaquer l’or sur les bijoux: technique simplifiée de la galvanoplastie.

Il faudra attendre ensuite la pile de Volta en 1789.

Puis en 1802 William Cruikshank va, pour limiter la sécheresse des rondelles du bas de la pile en colonne de Volta, disposer verticalement les lames de cuivre et de zinc dans un bac enduit d’isolant et d’eau acidulée sulfurique.

piles-a-auge.jpg

Divisé en auges, multiplié à volonté, ce système permettait de produire une énorme puissance.

Claude-Louis Berthollet (1748-1822), sous l’impulsion de Napoléon, en construsit une à l’Ecole Polytechnique. Elle était composée de 600 couples de cuivre et de zinc. La batterie avait 54 m2 de surface.

Quelques compléments sur les piles:

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/08/10/1920-electricite-un-peu-dhistoire/ 

ou

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/11/03/1921-hydra/

Publié dans:Vie de Lucien |on 27 juin, 2012 |4 Commentaires »

1922 : porte-forets Goodell

1922 : porte-forets Goodell

(document original)

« Porte-forets Goodell »

Les frères Albert et Henry Goodell vont révolutionner l’histoire du petit outillage.

Albert D. Goodell (1846-1915) va déposer des dizaines de brevets entre 1868 et 1905 pour la création et l’amélioration d’articles de quincaillerie.

Albert-Goodlell.jpg

Leur usine installée dans le Massachusetts en 1866 va produire un grand nombre de petits outillages inventés par Albert: tours à main et à pédale, mandrins, tournevis à tête interchangeable, râpe pour retirer les chevilles de bois ou clous, outils de forâge, porte-forets à vis bloquée, perceuse automatique.

557-328_Breast20Drill_Page_1_Image_0001.jpg

(brevet de perceuse à main ou porte-forets n°557 328 de 1896)

Albert D. Goodell est  l’inventeur de l’ancêtre de nos perceuses électriques.

En effet non seulement il a inventé, amélioré, des outils de forage manuel mais aussi les machoires à ressort et à vis bloquée, qui permettait dans un simple mouvement de rotation de bloquer le foret dans le manche.

374593_ALBEET_D-01.jpg

(brevet pour tête de porte-forets de 1887)

En 1898 ils s’associent à William M. Pratt, excellent commercial qui va lancer la production vers l’Europe.

L’entreprise sera rachetée dans les années 1930 par la  » Millers Falls Company ».

 

Publié dans:Vie de Lucien |on 26 juin, 2012 |3 Commentaires »

1922 : Guillemard, Peltier et Cie

1922 : Guillemard, Peltier et Cie

(document original)

Les établissements Guillemard, Peltier et Cie ont été créés en 1887 et sont situés rue Duboys à Angers.

Monsieur Peltier sera responsable de la fabrication de Dilecta après la mort de Monsieur Chichery, fondateur de la marque Dilecta.

Ils seront derrière les marques: Bulldog, Albion, Essling, Delta, Reja, Treban, et aussi Continental racheté en 1919.

dscn3069.jpg

(image issue du forum tontonvelo)

Le succés de la marque de cycle Continental a largement contribué à répandre l’usage de la bicyclette dans le Maine-et-Loire qui sera en 1919 le 3ème département français pour le nombre de bicyclettes en circulation.

La couleur du cycle continental était le noir et le rouge.

Plus de 10 000 cycles seront produits dans l’année 1923.

6-1922-2.jpg

 (extrait du registre pour l’inscription des ojets de luxe de Lucien)

La marque de cycle disparait dans les années 1960.

P1020730.jpg

(cycle Continental)

(image issue du forum de tontonvelo)

Note: Il faut bien différencier la marque de cycle des pneumatiques « Continental ».

Publié dans:Vie de Lucien |on 25 juin, 2012 |2 Commentaires »

1922 : cycle Bulldog

1922 : cycle Bulldog

(document original)

Cycle Bulldog, encore une série d’un constructeur de cycle qui n’a pas survécu aux années…

Quoique…

Sur le site du forum de tonton vélo un amateur a retrouvé ce « Bulldog« :

IMG_1389.jpg

IMG_6706.jpg

(images issues du forum de tontonvelo)

Publié dans:Vie de Lucien |on 17 juin, 2012 |6 Commentaires »

1922 : interrupteur de motocyclette

1922 : interrupteur de motocyclette

(document original)

Interrupteur de guidon pour moto 9 francs soit 9,52 euros

Dans son « Guide-manuel pratique du motocycliste », H. de Graffigny parle en 1897 d’une « poignée interruptrice« . En effet un contact électrique placé à l’intérieur de la poignée gauche du motocycle, rendue mobile autour de son axe, va permettre d’envoyer le courant du générateur à la bobine ou de l’interrompre immédiatement.

« …par cette manoeuvre si simple, consistant à tourner la poignée du guidon, on peut arrêter instantanément le moteur ou le faire repartir suivant les nécessités et les encombrements de la route… »

m_227273912_0.jpg

(motocyclette Alcyon-Labor 1922)

(image trouvée sur le net)

H. de Graffigny parle en plus d’un nouveau système « le coupe-circuit »,qui permet de limiter la consommation de courant électrique, mais aussi de sécuriser la motocyclette quand le motocycliste s’éloigne de son véhicule.

Un interrupteur est placé entre l’accumulateur et la bobine, c’est un contact à cheville unipolaire.

La communication entre l’accumulateur et la bobine sera rétablie en glissant entre les deux contacts une cheville métallique de section appropriée, que l’on peut mettre dans sa poche.

coupe-circuit.jpg

Pour en savoir plus sur la motocyclette « Labor » vous pouvez relire:

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/12/28/1921-motocyclette-labor/

Pour celles et ceux intéressés par la conversion des francs, suivant les années, en euros 2011

(car il s’agit de francs de 1922 et non 2002)

voici le site de l’INSEE qui me permet de trouver le coefficient de conversion:

http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=29&type=1&page=achatfranc.htm

Publié dans:Vie de Lucien |on 16 juin, 2012 |3 Commentaires »

1922 : carter

1922 : carter

(document original)

« 2 carters à 5,75 francs »

Carter, ou garde-chaine, ou protège-pantalon, ou cache-poussière, est un dispositif inventé par Harrison Carter, Anglais décédé vers 1903. Cette enveloppe rigide permet de protéger les différents organes d’un mécanisme.

mr-carter-veloce-sport-1893.jpg

(image extraite du « Véloce Sport » de mars 1893)

Dans un article de 1891 le « Véloce sport » vantait déjà ainsi les qualités de ce système:

« …la chaîne reste propre, roule sans fatiguesur les roues dentées et ce qu’on appelle la tension de chaîne ne se produit plus car la poussière ou la boue ne pénètre plus dans les chaînons et ne peut en user les rivets ou la roue dentée; il en résulte qu’une chaîne durera un temps infini… »

Ce système sera adapté sur tricyle:

adapte-tricycle-13-08-1891-veloce-sport.jpg

(extrait du « Véloce sport » de 1891)

Puis d’autres entreprises, comme « The Aluminium Cycle Fittings », vont l’alléger en 1896 en le fabricant en aluminium.

Publié dans:Vie de Lucien |on 14 juin, 2012 |3 Commentaires »

1922 : Les dimanches de la femme

Dans ce journal, supplément de « La mode du jour », la femme de Lucien pouvait trouver bon nombre d’occupations: broderie, coutûre,  conseils pour la tenue de son jardin, des recettes de cuisine, des histoires courtes, de la publicité et aussi des jeux.

En voici quelques exemples:

La mode:

1922 : Les dimanches de la femme dans Miscellanees sweater-en-soie

Pour le jardin:

limaces.jpg

La recette:

beignet-serbe.jpg

Le jeu de mot:

metagramme.jpg

et sa solution:

solution.jpg

Et enfin une publicité pour…grossir!:

pilules-pour-grossir.jpg

(extrait du journal « Les dimanches de la femme » de mai 1922)

Publié dans:Miscellanees |on 10 juin, 2012 |5 Commentaires »

1922 : Singer : le contrat

1922 : Singer : le contrat

(document original)

Un commerce de vente et réparation de vélo apporte un revenu aléatoire. En chargé de famille Lucien a besoin de revenu fixe. Pour cela il va établir un contrat avec la société Singer qui l’emploie déjà depuis 1920. Le contrat lui impose de consacrer son temps exclusivement aux affaires de la Compagnie. Il recevra des appointements fixes de 15 francs par semaine. Une prime de 7,5 % sur le prix de chaque machine livrée par son intermédiaire. Une commission de 5 % sur les encaissements faits dès le premier versement. Chaque partie peut résilier ce présent contrat en prévenant une semaine à l’avance ou en versant l’équivalent d’une semaine (commission, appointement et primes) calculé sur la moyenne des quatre semaines précédentes. De plus à la cessation d’activité Lucien doit rendre tous les livres, documents et objets confiés par la compagnie.

Copie-de-contrat-singer-verso-1922.jpg

(signature de Lucien sur l’original)

En observant ses livres de compte il apparaît qu’en Novembre 1922 Lucien a vendu 3 machines à coudre Singer.

2_2.jpg

1_1.jpg

Ainsi après plusieurs calculs on constate que Lucien a reçu pour la vente de ces trois

Ainsi après plusieurs calculs on constate que Lucien a reçu pour la vente de ces trois machines d’une valeur de 1 100 francs: 60 francs d’appointements fixes, 82,50 francs de prime, et 18,75 francs de commission, au total 138,75 francs soit 146,85 euros.

pub-singer-les-modes-1922.jpg

(image trouvée sur le net)

Vous pouvez relire en complément:

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/09/18/1921-placier-pour-singer/

et

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/11/07/1921-machine-a-coudre/

et

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/11/22/1921-machine-a-coudre-suite/

Publié dans:Vie de Lucien |on 8 juin, 2012 |5 Commentaires »

1922 : Publicateur de l’Orne

1922 : Publicateur de l'Orne

(document original)

 

Lucien en ce mois de mars 1922 cherche à se faire plus de publicité. Pour cela il va insérer dans le journal local  » le Publicateur de l’Orne » 4 avis  pour son commerce pour une valeur de 36 francs, soit 38,10 euros, payés en juin 1922.

 

Fondé sous le titre « le Moniteur de l’Orne » le 24 mars 1850, puis rebaptisé le 10 novembre 1850 « le Publicateur de l’Orne », le journal conservateur du bocage est alors le deuxième journal de l’Orne avec 7 000 exemplaires diffusés.

En 1881 dans l’annuaire de la publicité, de la presse et de la communication il apparaît ainsi:

 

publicateur-de-orne.jpg

 

 

Il appartenait à la famille des députés Roulleaux-Dugage, députés de père en fils, petit-fils et frères. Il va paraître jusqu’à la Libération.

En effet Georges-Henri Maurice Roulleaux-Dugage (1881-1952) 4ème propriétaire du journal jusqu’en 1944, député sous l’étiquette Fédération Républicaine, avait voté le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs à Pétain. Il sera dès lors à la Libération, inéligible et son journal sera interdit.

En 1948 le journal renaît sous le nom du « Publicateur libre« , sous la direction d’une SARL dont 4 parts sont réservées à des prisonniers de guerre.

Robert Hersant rachète le titre vers 1971. Actuellement il est propriété du groupe Publihedas et est imprimé sur les rotatives de la « Manche libre« .

Publié dans:Vie de Lucien |on 6 juin, 2012 |7 Commentaires »

1922 : fête des mères

1922 : fête des mères

(extrait de l’ »Almanach de la femme et de l’enfant » de 1922,

« Les belles familles françaises »)

A partir de juin 1906, dans le village d’Artas, Prosper Roche, fondateur de l’Union des pères de famille, va inaugurer une cérémonie en l’honneur des mères de famille nombreuses en leur offrant un prix du « Haut Mérite Maternel« .

En 1908 les Etats-Unis, sous la houlette de l’institutrice Anna Jarvis (1864-1948), développent la fête des mères modernes en instaurant le « Mother’s day » en souvenir de la mère de cette dernière.

Puis à Lyon en 1918 une journée sera attribuée aux mères en hommage aux mères et épouses qui ont perdu leur fils et leur mari durant la première guerre mondiale. Le but était d’encourager les femmes fécondes. On était dans le cadre d’une politique de natalité.

mereslyon1918-206x300.jpg

(image trouvée sur le net)

Puis en mai 1920 sera instaurée une fête des familles nombreuses avec reception d’une médaille de la famille française pour les familles les plus méritantes.

medaille_famille_francaise.jpg

(image trouvée sur le net)

Puis en 1929 le gouvernement officialise une journée des mères.

Pour prolonger l’histoire vous pouvez aller sur le blog de Cathy:

http://sentiersdecathy.centerblog.net/1739-hymne-a-toutes-les-mamans

et sur le blog:

http://pelenop.fr/?p=369

Publié dans:Miscellanees |on 3 juin, 2012 |6 Commentaires »
12

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..