1922 : Michelin (suite)

1922 : Michelin (suite)

(document original)

Dans ses contrats avec les revendeurs d’enveloppes et de chambres Michelin justifiait le prix élevé de ses fournitures par l’excellente qualité de ses produits.

Il signifiait que le revendeur était lui aussi gagnant. En effet quand il vendait par exemple:

Pour une enveloppe vélo câblé à 14,75 francs, 2,75 francs revenaient directement au revendeur et 12 francs à la société.

Pour une enveloppe vélo câblé renforcée à 21 francs: 1,50 fr pour le revendeur et 19,50 frs pour la société.

Pour une chambre à air de vélo à 6,10 francs, 1,10 franc pour le revendeur et 5 francs pour la société Michelin.

Ainsi pour cette facture de Michelin Lucien a recupéré 84,30 francs (88,22 euros) de bénéfice direct.

Michelin imposait à ses revendeurs de ne pas changer ou gratter la marque ou le numéro figurant sur les produits Michelin. Ils ne devaient pas faire de revente en dehors de la France.

Les marchandises étaient vendues sans aucune « garantie à raison de défauts ou vices apparents ou cachés. La société déclinait toute responsabilité relative aux accidents de personne ou de choses qui en résulteraient ».

Michelin_guide_1921.jpg

(Guide Michelin de 1921)

(image trouvée sur le net)

Vous pouvez relire certaines pages sur Michelin:

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/09/08/1920-michelin/

ou

http://babethhistoires.unblog.fr/2011/10/18/1921-michelin-contrat-dexclusivite/

Publié dans : Vie de Lucien |le 26 mai, 2012 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 27 mai, 2012 à 7:07 patriarch écrit:

    Et oui, et toujours présent….

    Bon dimanche avec bises

    Répondre

  2. le 28 mai, 2012 à 10:18 ALAIN écrit:

    Sacré Bibendum qui maintenant des usines partout dans le monde !!!
    ARSENE GRISALI

    Répondre

Laisser un commentaire

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..