Archive pour mars, 2012

1922 : réparation fusil

1922 : réparation fusil

(document original)

Eh oui Lucien vend ou fait réparer aussi des armes, rien d’anormal là dedans quand on sait que « le cycle est le fils de l’arme ».

L’industrie du cycle à Saint-Etienne s’est développée dans un milieu artisanal d’armuriers. En effet le travail des armes demande, comme pour le cycle, une extrême division du travail.

Il faut des spécialistes du travail des métaux: fonderie d’alliage léger, forgeage à chaud ou à froid, découpage, profilage des tôles, mais aussi des travailleurs du bois, du caoutchouc…

Chaque étape de la construction d’une arme ou d’un vélo nécessite l’utilisation de techniques communes, de gestes répétitifs, de travaux à façon effectués dans de petits ateliers (polissage, nickelage, émaillage, montage…)

La plus grosse entreprise de l’époque, la Manufacture Nationale d’Armes, n’hésitait pas quand elle n’en avait plus besoin de mettre sur le carreau des dizaines d’ouvriers ou d’ouvrières qui pouvaient alors proposer leur compétence à ces petits ateliers.

Beaucoup d’entreprises des années 1910 à Saint-Etienne sont mixtes, par exemple en 1911 les entreprises Berger  fabriquaient des armes et des vélos, comme Automoto en 1908, ou comme la  Manufacture d’Armes Picard et Fayotte spécialiste du cycle Wanted, permettant ainsi du fait de la production saisonnière du vélo, de février à octobre, et des armes de juin à décembre, de maintenir une activité tout au long de l’année.

manufrance.jpg

(image trouvée sur le net)

 

Publié dans:Vie de Lucien |on 31 mars, 2012 |1 Commentaire »

1922 : démonte-pneu

1922 : démonte-pneu dans Vie de Lucien 3a09a454

(document original)

« Démonte-pneu « Le Star » à 0,65 franc pièce »

Comment oter un pneu:

Il  faut tout d’abord dégonfler le pneu entièrement puis insérer le bout rond préalablement talqué du démonte-pneu entre le pneu et la jante.

Il suffit alors d’écarter le pneu de la jante sans écraser la chambre à air, en accrochant l’autre bout du levier aux rayons.

Insérer ensuite un deuxième démonte-pneu, faire le tour du pneu avec ce levier jusqu’à ce que le pneu soit entièrement dégagé.

demonte-pneu-2.jpg

(catalogue Gentil 1939)

Installer un nouveau pneu:

Commencer par placer le pneu sur un des côtés de la jante.

Gonfler légèrement la chambre à air, faire attention de bien placer la valve de gonflage avec le trou de la jante.

Mettre délicatement le pneu en place en faisant attention à ne pas pincer la chambre à air.

Pour finir deux écoles s’affrontent:

- soit on place un démonte-pneu entre le pneu et la partie non encastrée et on tire lentement vers le haut, ce qui forcera le pneu à se mettre en place,

- soit on savonne légèrement la partie intérieure du pneu.

Puis on gonfle le pneu à la pression voulue.

pompe-a-velo-veloce-sport-1896_1.jpg

(pompe à vélo, « Veloce sport » 1894)

Publié dans:Vie de Lucien |on 30 mars, 2012 |2 Commentaires »

1922 : nickelage

1922 : nickelage dans Vie de Lucien f5ceac5a

(document original)

Même s’il est connu depuis 3 500 ans avant Jésus Christ le nickel ne sera réellement scientifiquement découvert qu’en 1751 par le baron Suédois Axel Frederik Cronstedt (1722-1765).

Le nickel est un métal blanc argenté, ductile (malléable), résistant à l’oxydation et à la corrosion.

Son point de fusion est à 1450°.

Il est légèrement attaqué par la bière, la moutarde, le thé, les graisses, ce qui n’a pas empêché son utilisation dans les pièces de monnaie (la plus connue étant la pièce de cinq « cents » américaines dite « shield » de 1869).

Son faible coût d’extraction et de traitement en fait un métal de choix.

Il est de plus souvent associé à d’autres alliages. Avec l’acier il servira à la fabrication de canons, de plaques de blindage ou de rails de chemin de fer. Avec le cuivre et le zinc il forme le maillechort. Avec le chrome le nickel est utilisé pour les soins dentaires et les matériaux de soudure.

Le nickelage va permettre de protéger ou d’améliorer l’apparence des pièces de fer, de cuivre ou de laiton.

Avant le nickelage les pièces doivent d’abord subir deux phases préliminaires, un dégraissage et un décapage.

Voici la composition du bain dans lequel sont trempées les pièces à nickeler:

nickelage dans Vie de Lucien

(extrait du « Mois scientifique et industriel » du 25 Octobre 1904)

atelier-ducellier-de-nickelage-1920.jpg

(atelier de nickelage « Ducellier » en 1920)

(agence Meurisse)

Je ne saurais clore mon article sur le nickel sans parler de l’expression « avoir les pieds nickelés » qui signifie être paresseux et désigne les personnes qui sont peu portées sur le travail. Depuis le XXIème siècle l’expression désigne des escrocs peu recommandables, comploteurs, filous, malhonnêtes et surtout maladroits.

L’expression viendrait du fait que les pieds en nickel seraient trop précieux pour servir à marcher ou à travailler.

Les Pieds Nickelés les plus connus sont certainement ceux dessinés par Louis Forton de 1908 à 1934 puis par René Pellos de 1948 à 1981.

424px-Pieds_Nickeles_1.jpg

(les Pieds Nickelés de Forton)

pn.png

(les Pieds Nickelés de Pellos)

Publié dans:Vie de Lucien |on 28 mars, 2012 |8 Commentaires »

1922 : problème de calcul du certificat d’études primaires

1922 : problème de calcul du certificat d'études primaires

(document original)

L’écrémeuse « Mars », achetée 408 francs, sera revendue à Madame Sellerie cultivatrice à la Salère, Saint-Mars-d’Egrenne, le 2 juillet 1922 au prix de 690 francs.

Problème:

Le lait passé à l’écrémeuse donne 12% de son volume de crème et 3 litres de crème fournissent 1 kilogramme de beurre. Madame Sellerie traite en moyenne 100 litres de lait par 24 heures.

1.

Combien retire-t’elle de la vente du beurre obtenu en 30 jours, le beurre valant au 25 mars 1922 10 francs (soit 10,58 euros) le kilo?

2.

Lorsqu’elle écrémait à la main le poids du beurre obtenu n’était que de 90% du poids du beurre qu’elle obtient maintenant. Quel bénéfice mensuel réalise-t’elle grâce à l’écrémeuse?

3.

L’écrémeuse a couté 690 francs (soit 730 euros). En combien de temps aura-t’elle amorti le prix de l’écrémeuse?

bon-achat-mars-1922.jpg

(document original)

Solution

La fermière traite 100 litres de lait par jour, elle obtient 12 litres de crème, soit 4 kilos de beurre, 120 en 30 jours pour une somme de 1 200 francs.
Avant elle n’avait que 3,6 kg de beurre par jour, elle gagne 400 grammes soit 12 kg par mois pour une somme de 120 francs, sa machine sera rentabilisée en 5 mois 3/4.

Publié dans:Miscellanees |on 25 mars, 2012 |5 Commentaires »

1922 : changement d’heure

1922 : changement d'heure

(article extrait du journal « Ouest-Eclair » du 25 mars 1922)

A partir de la loi du 9 mars 1911 la France va quitter son heure temps moyen de Paris pour s’adapter, comme le reste du monde, au Greenwich time meridian.

Ainsi dans la nuit du 10 au 11 mars 1911 les Français vont rajeunir de 9 minutes et 21 secondes.

Cette heure fut ensuite aménagée dans la loi du 9 juin 1916 en heure d’été et heure d’hiver. Ce décalage  de l’heure fut d’abord d’une demi-heure, puis dans les années 1920 d’une heure.

Cette loi fut abandonnée par le gouvernement provisoire de la République le 14 août 1945.

Ce changement d’heure va réapparaître le 28 mars 1976 suite au choc pétrolier de 1973.

Publié dans:Miscellanees |on 25 mars, 2012 |1 Commentaire »

1922 : poignée celluloïd

1922 : poignée  celluloïd

(document original)

« 6 paires de poignée celluloïd à 1,80 franc pièce: 10,80 francs »

Le celluloïd est le nom donné à une matière composée de nitrate de cellulose et de camphre. Elle est considérée comme la toute première matière plastique artificielle. L’origine remonterait aux
environs de 1856, même si les frères John Wesley et Isaiah Hyatt semblent en être les inventeurs dans les années 1870.

Pour obtenir du celluloïd il faut, d’après un livre de chimie de 1894 de Paul Poire,  de la pyroxyline, du camphre et de l’alcool.

La pyroxyline est obtenue en traitant du papier, du coton ou du papier de soie par un mélange d’acide azotique et d’acide sulfurique.

La pyroxyline broyée est  additionnée de camphre, puis macérée dans l’alcool et dans un carbure d’hydrogène, puis pressée.

Ce mélange va être laminé, coloré.

Le celluloïd se travaille comme l’os, l’ivoire, le bois ou l’écaille.

Il servira à la production de balle de ping pong, boules de billard, peignes, bijoux, manches de couteaux, touches de piano, les premières pellicules de cinéma (films flamme), jouets (le fameux baigneur), poignée de vélo…

En ajoutant de l’huile de ricin au mélange on obtient un celluloïd souple qui sert à la fabrication de plastrons, objets de lingerie, faux-cols, manchettes…

Extrêmement inflammable le celluloïd va être progressivement abandonné, il ne persiste plus que dans les balles de ping-pong ou en bijouterie pour imiter la nacre, l’écaille ou les perles.

1922-poignet-caoutchouc.jpg

(trouvé sur le site www.tontonvelo.com)

Publié dans:Vie de Lucien |on 22 mars, 2012 |1 Commentaire »

Soufflé praliné

Soufflé praliné

(image trouvée sur le net)

En ce  vendredi 17 mars 1922 alors que Lucien vend un vélo Continental n° 5002 à Monsieur Emery, cordonnier à Domfront, pour la somme de 400 francs payables à crédit,  Emilie aurait pu préparer cette recette de soufflé praliné:

 recette-oeuf-neige-pralin-ouest-eclair-9-03-1922.jpg

(extrait du journal « Ouest-Eclair » du 9 mars 1922)

Coût de la recette:

Oeufs: 3 francs la douzaine (3,17 euros),

Sucre blanc: 2,40 francs le kilo (2,53 euros),

Lait: 0,80 francs le litre (0,84 euros).

La question se posait déjà alors de savoir si le prix des oeufs et du beurre allait baisser. Dans un article de l’Ouest-Eclair on peut trouver une réponse:

prix-beurre-et-oeufs-02-1922-ouest-eclair.jpg

(« Ouest-Eclair » du 17 février 1922)

Publié dans:Miscellanees |on 18 mars, 2012 |5 Commentaires »

1922 : timbres et sonnettes

1922 : timbres et sonnettes

(document original)

… »6 timbres bronze CICCA pour 18 francs »…

Le timbre, dans le Larousse pour tous de 1910, est défini comme une cloche ou clochette métallique qui est frappée par un marteau.

Dans son livre sur le cyclisme Monsieur Baudry Le Saunier, en 1893, définit le timbre ainsi:

Un timbre simple ou double est adapté au guidon: un levier en sort, à mouvoir par le pouce. Chaque fois que l’on appuie sur ce levier le timbre sonne, et se tait quand on cesse d’appuyer.

Pour lui le défaut principal de ce timbre est de n’avoir presque pas de sonorité. Pour lui, il n’a donc que peu d’interêt!!!

Il préconise d’ailleurs plutôt l’utilisation de grelot ou de klaxon.

Tout vélocipédiste doit, suite à un décret de 1874, pour pouvoir circuler en vélo posséder sur celui-ci: un grelot, klaxon ou timbre, une plaque indiquant le nom et l’adresse du propriétaire de la machine, une lanterne à allumer dés que le jour tombe.

timbres.jpg

(extrait du catalogue de Manufrance de 1899 trouvé sur le site de: www.tontonvelo.com)

La Compagnie Industrielle et Commerciale du Cycle et de l’Automobile (C.I.C.C.A.) était installée  dans les années 1920 en région parisienne.

Le nom de la compagnie apparaissait déjà sur des klaxons à galet des années 1910.

Elle est mentionnée dans les archives de la Banque Nationale du Crédit pour les années 1921 à 1931.

Elle fournit à partir de 1935 des avertisseurs à deux tons à la Société Nationale des Chemins de Fer Vicinaux en Belgique.

La compagnie produisait aussi des lampes à acétylène. Elle semble avoir fait faillite en décembre 1954.

Lors du critérium des cyclo-porteurs de journaux de 1927 il était proposé aux concurrents qui auraient été les moins heureux de se partager 12 timbres CICCA de luxe.

H4032-L24476008.jpg

(obligation trouvée sur le net)

Publié dans:Vie de Lucien |on 15 mars, 2012 |5 Commentaires »

1922 : prix Wolber

1922 : Wolber (suite)

(document original)

Née en 1904 l’entreprise Wolber s’associe dès 1905 à l’équipe Peugeot et va jusqu’en 1924 engranger des victoires. Je ne vais citer qu’un nom celui du Belge Philippe Thys (1889-1971) qui à 10 ans d’intervalle va gagner le Tour de France en 1914 et 1924.

Puis Wolber s’associera avec d’autres équipes, Louvet en 1927, Dilecta en 1928, 1929, 1940, de Dion-Bouton en 1933, Bertin entre 1940 et 1950, Spidel en 1982 et 1983, Peugeot entre 1988 et 1992.

64607371_philippe-thys_show.jpg

(Philippe Thys)

Puis apparaît vers 1909 le Grand Prix Wolber reservé uniquement aux routiers professionnels équipés par Peugeot. Les coureurs devaient en découdre sur 15 épreuves. Chacune de ces épreuves octroyait des points, 20 au premier, 18 au deuxième… Parmi ces épreuves il y avait un Paris-Tours 228 km, un Dijon-Lyon 293 km…

Ce prix réapparaît entre 1922 et 1931 en devenant une course dite classique. Quelques grands noms vont la gagner: en 1924 Costante Girardengo  (1893-1978) champion d’Italie entre 1920 et 1925, en 1926  Francis Pelissier (1894-1959) champion de France sur route en 1923 et 1924, en 1930 Georges Ronsse (1906-1969) champion du monde sur route en 1928 et 1929.

costante-girardengo.jpg

(Costante Girardengo)

Puis vers 1986 va apparaître le Wolber d’or, prix qui va récompenser les coureurs amateurs ayant accumulé
tout au long de l’année le plus grand nombre de points au cours d’un certain nombre d’épreuves cyclistes. Sa notoriété sera bien moins grande que les palmes d’or auxquelles il succède. Toute trace disparaîtra après 1991.

Publié dans:Vie de Lucien |on 13 mars, 2012 |8 Commentaires »

1922 : la chaîne

1922 : la chaîne

(document original)

La société française des chaînes fut créée en 1904. Associée aux chaînes Peugeot (1895) et aux établissements Mécaniques de Verrières-de-Verjoux (1920) ils vont constituer en 1946 la société « Sedis » à Troyes et devenir à cette époque le premier fabricant mondial de chaînes de vélo.

sedis.jpg

La chaîne est un ensemble de maillons identiques reliés entre eux pour permettre la transmission d’un mouvement (définition de Wikipedia).

Dans son dictionnaire humoristique de 1923 le journal « La Pédale » la définit ainsi:

Le cycliste est condamné à la chaîne qui elle même est constamment sur les dents.

Contrairement à d’autres mécaniques où tout s’enchaîne dans un vélo « rien sans chaîne ».

La chaîne se comporte comme une crémaillière sans fin engrenant sur deux engrenages, l’un moteur, la roue dentée du pédalier, l’autre recepteur, le pignon denté de la roue arrière.

Pour que cette crémaillière soit souple il est nécessaire qu’elle soit articulée d’un élément à l’autre.

L’élément de la chaîne compris entre deux articulations s’appelle le maillon. La distance entre deux maillons est nommée pas de la chaîne.

La première citation de la chaîne date du 29 juillet 1829 lorsqu’un brevet n°4072 est déposé par André Galle (1761-1844).

Cette chaîne plate est composée d’une série de maillons pleins (1) perçés chacun de deux trous. Dans chacun de ces trous passent un axe (3-4) et deux axes consécutifs sont reliés entre eux par deux flasques appelées « joues de la chaîne » (5-6).

chaine-plate.jpg

(figure extraite du journal  » La Pédale » de février 1924)

Puis à partir de 1889 vont apparaître les chaînes à rouleaux simples puis doubles.

Chaque maillon plein est remplacé par deux rouleaux et deux joues. Les joues sont chanfreinées pour permettre une meilleur pénétration des dents dans la chaîne.

element-de-chainerouleaux.jpg

(dessin extrait du livre de Baudry Le Saunier de 1893 « Le cyclisme théorique et pratique » )

Pour d’autres informations sur les chaînes  vous pouvez retourner sur l’article de 1920 intitulé « chaines Brampton »

http://babethhistoires.centerblog.net/119-

Publié dans:Vie de Lucien |on 12 mars, 2012 |2 Commentaires »
12

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..