Archive pour janvier, 2012

1922 : Octave Lapize

1922 : Octave Lapize

(document original)

Né à Montrouge le 24 octobre 1887 Octave Lapize était surnommé « Le Frisé », « Ad Libitum » ou « Tatave ».  Il avait une faible vue et n’entendait que d’une oreille. Ce qui ne l’a pas empêché, un an après avoir commençé le vélo, de devenir champion de France en 1907.

En 1909, professionnel dans l’équipe Biguet, il remporte le Paris-Roubaix dans la souffrance suite à une course poursuite de plus de 22 kilomètres.

Il utilisait de très gros braquets, de plus de 6 mètres, des « 26×9″.

Il participera en 1910 au Tour de France, date à laquelle pour la première fois les grands cols des Pyrenées seront à gravir. Dans le Tourmalet Octave Lapize traitera les organisateurs « d’assassins« .

C’est aussi à cette date qu’apparaîtra la voiture balai.

Ce tour verra le premier grand duel conclut à la vitesse de 29,214 km/h, performance qui ne sera battue qu’en 1933 par Georges  Speicher (1907-1978).

Octave_Lapize_1.jpg

(Octave Lapize)

Les cyclistes de route étaient considérés à l’époque comme des ratés. Octave Lapize va donc quitter la route pour la piste plus lucrative. Un vainqueur d’un tournoi de vitesse sur piste pouvait gagner de 2 500 à 15 000 francs (2 645 à 15 870 euros).

Il fut courtisé par les plus grands vélodromes de France, Belgique et même d’Amérique.

Il devint le premier businessman du cyclisme au monde. En signant un contrat avec l’équipe la Française il eut un cycle à son nom et un magasin à gérer.

Il ne retrouvera pas après 1911 la gloire sur la route.

Il deviendra pendant la premier guerre mondiale aviateur émérite. Il perdit la vie au cours d’un combat aérien le 14 juillet 1917 contre deux avions allemands.

62b80113c318ab5e198f8f8e2b2e.jpg

(publicité trouvée sur le net)

Publié dans:Vie de Lucien |on 31 janvier, 2012 |5 Commentaires »

1922 : la pomme

1922 : la pomme

La pomme en Normandie, en 1922, est en cette période hivernale le seul fruit qui persiste sur les étals.

Alors pour offrir un petit peu de douceur Emilie a peut être essayé ces recettes.

sirop-de-pommes.jpg

(almanach de la femme et l’enfant de 1922)

api-etoile.jpg

gateau-aux-pommes.jpg

(extrait d’un livre de recette de 1885)

Publié dans:Vie de Lucien |on 29 janvier, 2012 |3 Commentaires »

1922 : télégramme

1922 : télégramme

(document original)

Le télégraphe se définit comme suit: tout appareil permettant de transmettre à de grandes distances et avec une très grande rapidité des dépèches au moyen de signaux convenus.

L’idée du télégraphe remonte à la plus haute antiquité, les Perses pour transmettre certaines nouvelles urgentes se servaient de grands feux.

Les Gaulois utilisaient la voix en criant de colline à colline pour transmettre les informations.

Le premier inventeur du télégraphe semble être l’abbé Claude Chappe (1763-1805). Il établît une ligne Paris-Lille, inaugurée le 30 octobre 1794, pour annoncer une victoire sur les Autrichiens.

Il s’gissait d’un long mât muni de deux bras en forme de L que l’on pouvait positionner comme on le souhaitait grâce à un système de cordes et de poulies. Chaque position indiquait une lettre de l’alphabet. Ce système n’était utilisable ni de nuit, ni par temps de brouillard.

tele.jpg

(image extraite de Wikipédia)

Le télégraphe moderne n’existera pas sans: l’invention du courant électrique par Stephen Gray en 1729,

la pile électrique d’Alessandro Volta en 1799 permettant d’avoir  un courant électrique constant, l’électroaimant et le galvanomètre d’André-Marie Ampère en 1820, les relais électriques d’Edward Davy vers 1830.

Le premier télégraphe électrique exploitable date de 1833 et fut mis au point par les Allemands Karl Gauss mathématicien (1777-1855) et Wilhelm Weber physicien (1804-1891). Sa distance de transmission était de 2 kilomètres.

En 1837 l’Allemand Karl-August Steinheil (1801-1870) mis au point un télégraphe dont les messages étaient imprimés sur un mince ruban de papier.

Puis en 1838 Alfred Vail, fils d’un sidérurgiste de Morristown dans le New Jersey, perfectionna le télégraphe avec l’aide de Joseph Henry, mais aussi inventa le système qui donna sa réputation à Samuel Morse (1791-1872). A chaque lettre va correspondre une série d’impulsion courte et longue.

Samuel Morse était le démonstrateur et le financier.

La première ligne française de télégraphe fut établie par ordonnance royale du 29 novembre 1844 entre Paris et Rouen.

telegraphe-1915.jpg

 (agence Meurisse)

(télégraphe à Paris en 1915)

Publié dans:Miscellanees |on 25 janvier, 2012 |6 Commentaires »

1922 : humour

1922 : humour

 (extrait du Petit Journal Illustré du 14 mai 1922)

Publié dans:Miscellanees |on 23 janvier, 2012 |2 Commentaires »

1922 : vêtements

1922 : vêtements

(document original)

Pour un total de 403,75 francs Emilie va faire ses achats de vêtements et de tissus:

2 chemisiers à 7,25 francs (7,40 euros) pièce, 1 pantalon à 8 francs (8,46 euros), 1 complet à 225 francs (238,05 euros), 2 paires de gants à 6,90 francs (7,30 euros), 2,25 m de ruban à 1,05 franc le mètre, 1 charlotte à 10,50 francs (11,10 euros),

La charlotte est une sorte de bonnet féminin populaire dans les classes modestes du XVIIIème au XIXème siècle.

Elle est née de l’évolution du bonnet auquel fut ajouté des bords et des liens pour le nouer sous le cou, remplaçés plus tard par des rubans.

Elle servait à cacher les cheveux, donnant ainsi la preuve de respectabilité.

Elle se confectionnait en batiste ou en mousseline avec des bordures fronçées.

1 robe mousseline pour 49 francs, 1,5 m de tissu éponge à 7,5 francs le mètre, 1 ceinture à 21,95 francs, 3 mètres de broderie,

broderie.jpg

(broderie extraite du site Gallica.bnf.fr)

3,25 mètres de shirting à 4,25 francs le mètre.

Le shirting est un tissu de coton léger pour chemises ou blouses assez fin, de bonne tenue, uni fil à fil.

Les principaux importateurs en 1910 étaient l’Angleterre, l’Espagne et les Etats Unis. Son unité de mesure était soit le kilo, soit la balle de plusieurs livres constituant des pièces. La Chine en 1911 produisit 537 452 pièces.

Il était produit aussi en plus faible mesure dans les Vosges sous le terme de calicot.

On peut retrouver dans une publicité des magasins Jones à Paris en 1928:

1 lot de tabliers shirting brodés pour femme de chambre à 8,25 francs.

Dans un article de mode dans le Petit Journal Illustré de 1922 le journaliste écrit:

« Ce qui différencie le costume ce printemps c’est le détail, une broderie, un ruban, une cocarde, une fleur… »

pub_1.jpg

(publicité extraite du Petit Journal en 1922)

Publié dans:Vie de Lucien |on 21 janvier, 2012 |1 Commentaire »

1922 : Condamin

1922 : Condamin

(document original)

Le cadre du vélo d’après le dictionnaire humoristique du vélo en 1923 est la partie du vélo qui supporte le « tableau qui le monte ».

 CADRE-BSA1900.jpg

(image issue du site tontonvelo)

(cadre de vélo homme de BSA 1900)

Le cadre d’un vélo est l’élément assurant la liaison entre les principaux éléments du deux roues.

Il  consiste en deux triangles: le triangle avant se chargeant  de lier la selle, la fourche et le pédalier et le triangle arrière reliant le pédalier, la selle et la roue arrière.

La roue avant est fixée au cadre par la fourche. La partie haute est montée sur des roulements à billes qui vont assurer le jeu de la direction à travers un tube vertical à l’avant du cadre.

Le cadre est composé de 39 pièces qui nécessitent de nombreuses manipulations à l’époque: montage, assemblage par soudure ou emmanchage dans des raccords.

Puis il est sablé pour devenir uni, limé, décapé, passé à l’antirouille, poncé, émaillé, décoré. Puis il était emballé souvent par des femmes renommées pour leur dextérité.

De cette entreprise je n’ai trouvé aucune trace.

La région stéphanoise fut à cette époque le centre de la fabrication de vélos et de pièces détachées avec des centaines d’entreprises. Pour les cadres on peut considérer qu’une quarantaine d’ateliers en assurait la fabrication. Ceux-ci produisaient des cadres spéciaux exécutés sur commande pour les coureurs ou quelques fervents de bicyclette ainsi que les cadres  courants.

M.Devun dans son livre sur l’industrie du cycle à Saint- Etienne présente plusieurs noms d’entreprises dont l’entreprise Mercier qui construisit  19% des cadres montés à Saint-Etienne, soit 140 000 à 150 000 cadres par an.

Publié dans:Vie de Lucien |on 20 janvier, 2012 |Pas de commentaires »

1922 : cycles Helyett (suite)

1922 : cycles Helyett ( suite )

(document original)

Le premier coureur a se faire remarquer sur un cycle Helyett fut Victor Linart en 1927 en devenant champion du monde de demi-fond.

En 1932 Helleytt et Hutchinson s’associent et forment une équipe professionnelle de 8 coureurs.

Le maillot vert à bande blanche va apparaître réellement en compétition à partir de 1933 avec Adrien Buttafocchi (1907-1937, décédé au col de l’Esteret) qui va gagner le Marseille-Nice.

BUTTAFOCCHi-Adrien.jpg

(image trouvée sur le net)

Puis en 1934 Jean Bidot (1905-1986) gagne le tour du Vaucluse.

En 1936 Albertin Disseaux (1914-2002) gagne le tour de l’Est de la France.

René Vietto (1914-1988) va honorer ce maillot en étant: 1er au classement des grimpeurs duu tour de France de 1934, vainqueur du Paris-Nice en 1935, 2ème du tour de France en 1939, champion de France en 1941.

vietto-rene.jpg

(image trouvée sur le net)

Deux Belges s’illustreront avec le maillot vert et blanc, François Neuville (1912-1986) en gagnant le tour de Belgique en 1938 et Joseph Somers (1917-1966) en 1939.

Mais le plus illustre de tous les coureurs est certainement Jacques Anquetil (1934-1987) quintuple vainqueur du tour de France. Il fit partie de l’équipe Hellyett-Potin de 1956 à 1961.

helyett_affiche.jpg

Publié dans:Vie de Lucien |on 17 janvier, 2012 |8 Commentaires »

1922 : meubles

1922 : meubles

(document original)

Le style Louis XVI, établi de 1774 à 1790 environ, correspond à un retour vers la rigueur des formes géométriques rigoureuses comme le rectangle, le carré, le rond et l’ovale.

Les pieds du mobilier sont cannelés ou à colonnettes carrées.

Les élements d’ornementation sont minimalistes et leur inspiration est  issue de la nature végétale ou du thème antique.

Les armoires sont en bois massif marquées par les cannelures des montants ou du dormant.

Sans-titre_2.jpg

(image trouvée sur le net)

Cette période fut à l’origine de: la commode en demi-lune, la table guéridon, table ronde avec ceinture à tiroir et quatre pieds, avec un dessus de marbre, conçue principalement pour les jeux de société, le fauteuil à dossier en médaillon, de forme ovale créé par Louis Delanois.

fauteuil.jpg

(image trouvée sur le net)

 

Publié dans:Vie de Lucien |on 16 janvier, 2012 |4 Commentaires »

1922 : cycles Helyett

1922 : cycles Helyett

(document original)

La manufacture de cycles Helyett fut fondée en 1919 sous l’action des deux frères Picard, à Sully-sur-Loire dans le Loiret, une autre succursale fut ouverte près d’Orléans. Cette entreprise emploiera jusqu’à 50 personnes.

Cette maison ne se contentera pas de fabriquer des pièces détachées.

sacoche-helyette-tonton-velof.jpg

(image extraite du site Tontonvelo)

La société créera sa propre marque de vélo qui apparaîtra en compétition à partir de 1934 souvent associée à Hutchinson.

L’origine du nom Helyett ne semble pas être, comme le supposent certains, le prénom hongrois de la fille ou la femme d’un des frères Picard mais serait plutôt le nom de l’héroine de l’opérette « Miss Helyett » (1890) d’Edmond Audran (1840-1901),compositeur d’opérettes célèbres comme « La Mascotte » en 1880 ou « La Poupée » en 1896 .

veloce-sport-14-09-1893.jpg

 (le « Véloce Sport » du 14 septembre 1893)

A partir de 1926 Helyett produisit ses premières motos dont, vers 1930, une célèbre équipée d’un bicylindre en V de marque JAP de 750 cm3 disposé transversalement dans le cadre, transmission par arbre et cardan.

hellyett.jpg

(image issue du net)

En 1962 la succursale d’Orléans est vendue aux établissements Robert Griffon qui l’utiliseront pour leur propre production de bicyclettes.

En 1966 la société fusionne avec la société Gitane basée à Machecoul.

cycle-helyette.jpg

 

 

Publié dans:Vie de Lucien |on 14 janvier, 2012 |3 Commentaires »

1922 : Alphonse Binet

1922 : Alphonse Binet dans Vie de Lucien binet-1

(document original)

Alphonse Binet, né le 24 avril 1871 à Roches-l’Évêque, est mort le 6 février 1933 à Versailles.

Son entreprise, fondée en 1904, s’est développée grâce à l’essor de l’automobile et de l’aviation.

Il sera le fabricant en série et en grandes quantités des organes de petites dimensions. Pour cela il va travailler dans de modestes ateliers, questionner les pilotes, transformer l’outillage et acquérir ainsi une expérience de terrain.

Entre mars 1914 et novembre 1925 il va présenter pas moins de 9 brevets qui porteront sur des perfectionnements: les pinces coupantes en 1916, les bougies d’allumage en 1918, la fabrication des pièces creuses en fonderie en 1921, les machines pour ouvrir et affuter des segments de pistons en 1921.

binet-pub dans Vie de Lucien

Il sera le fabriquant des boulons à œil, écrous, vis goupilles, rondelles, chapes, axes, toutes pièces décolletées et tout cela produit à raison de plusieurs centaines de pièces par jour.

La société sera spécialiste des tendeurs pour avion, segments et pistons en fonte pour l’aviation et les automobiles avec une production journalière de 12 à 15 000 segments pour moteur d’avions type Lorrain-Dietrich, Clerget-Blin, Salmson, Bugatti…

En 1919 pour satisfaire les demandes de la Défense Nationale l’entreprise, en plus des ateliers de Paris, Délie et Transières-Ambenay, ouvrira deux autres usines sur les sites de Pecq et Niort.

L’entreprise sera alors au premier rang des fabricants de pièces détachées de forge, fonderie, construction mécanique et décolletage se rapportant à tout moteur à explosion qu’il soit pour avion, automobile, camion ou tracteur.

L’entreprise perdurera jusque dans les années 1960.

binet-pub-la-vie-automobile-1914

(extrait de « La Vie Automobile » de 1914)

Sites visités:

http://deux-sevres-auto-memoire.auto-blog.fr/r2906/sous-traitants/2/

http://aeroscripophile.hydroretro.net/liste.php

http://aclaudbosc.auto-blog.fr/145846/Les-Etablissements-Binet-Niort/

Publié dans:Vie de Lucien |on 8 janvier, 2012 |4 Commentaires »
12

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..