1921 : les freins

1921 : les freins dans Vie de Lucien 316e1fe0

(document original)

  

Le meilleur moyen pour arrêter un vélo ce n’est pas comme sur la draisienne de 1817 d’utiliser ses pieds … mais d’utiliser un frein.

En 1860 sur leur vélo Michaux et Lallemand vont équiper les roues de patin ou de frein à sabot. Ils le placent directement sur le cerclage en fer de la roue avant. Il est actionné en tournant les poignées du guidon appelé alors le dirigeoir. Le frein va bloquer la roue avant en faisant office d’une béquille rigide frottant contre le sol.

Dans les années 1890 apparurent les freins par rétropédalage. Ces freins  automatiques perdurèrent jusque dans les années 1960. Pour ralentir le vélo il s’agissait alors de pédaler en arrière.

 Le problème principal était en descente. En effet en descente les pédales tournant toutes seules il fallut d’abord installer des cales pieds, puis le cycliste devait réussir à attraper les pédales pour rétropédaler.

magnat-debon-1908 dans Vie de Lucien

(rétropédalage sur vélo Magnat Debon, 1908)

(source: http://www.tontonvelo.com/)

 

A partir de 1900  le frein à mâchoire ou frein à mors va venir enserrer par l’intermédiaire de deux patins de caoutchouc la roue au niveau de la jante ou du bandage. Ce frein agit sur le roue avant directrice et est commandé par un levier fixé au guidon. Il peut y avoir une usure rapide du bandage de caoutchouc .

pieces-frein-hirondelle

(extrait du catalogue Manufrance de 1899)

(source: www.tontonvelo.com)

  

Un autre modèle sera le frein sur tambour souvent placé sur la roue arrière: une bande flexible d’acier entoure l’axe de la roue et est tendue ou détendue à volonté au moyen d’un levier fixé au gouvernail. Le problème existe quand il faut effectuer un freinage prolongé. Dans ce cas L. Baudry de Saunier dans son livre « Le cycliste » en 1893 propose de placer un réservoir d’eau qui va rafraichir le système.

frein-tambour

(catalogue Manufrance de 1899)

(source: http://www.tontonvelo.com/)

 

Dans cette facture on peut voir que Lucien va acheter 25 patins de frein pour 6 francs,

2 cables de frein de 1,6m à 0,75 francs.

Dans une autre facture il a acheté 2 freins arrière pour vélo dame à 7,5 francs pièce.

la-pedale-04-03-1924-louvet

(publicité trouvée dans le magazine La Pédale de mars 1923)

Publié dans : Vie de Lucien |le 6 décembre, 2011 |7 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

7 Commentaires Commenter.

  1. le 6 décembre, 2011 à 19:51 patriarch écrit:

    Et les freins à moyeux…. les allemands en avaient beaucoup pendant la guerre.

    Répondre

  2. le 6 décembre, 2011 à 23:16 mel-and-tof écrit:

    Bonsoir ma chère Babeth
    C’est vrai qu’il n’y a rien de mieux que les freins pour arrêter un véhicule
    Je te souhaite ma douce amie une bonne soirée avec des bisous
    Méline

    Répondre

  3. le 7 décembre, 2011 à 11:35 ALAIN écrit:

    Bon coup de frein !!!
    ARSENE GRISALI

    Répondre

  4. le 7 décembre, 2011 à 11:44 jcn54 écrit:

    Très instructif sur le système des freins !
    Bisous, bonne journée Babth.
    JC

    Répondre

  5. le 8 décembre, 2011 à 10:54 didier écrit:

    J’adore toutes tes explications! Génial
    merci!
    Bonne journée

    Répondre

  6. le 9 décembre, 2011 à 7:37 jibie écrit:

    je ne mettrai pas un frein à votre blog
    super
    articles dignes d’un journal
    merci de votre visite
    à bientôt

    Répondre

  7. le 9 décembre, 2011 à 19:20 loic écrit:

    Toutes les vieilles habitations ont leurs vieux vélos dans leur grenier,ce véhicule fut une vraie révolution pour nos aïeux,bien avant la voiture,
    très bonne journée Babeth.

    Répondre

Laisser un commentaire

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..