1921 : le cyclecar

c8f1ec6c.jpg

(document original)

 

Au début des années 20 la France sort de la guerre et l’industrie cherche de nouveaux débouchés. L’automobile commence à devenir un rêve accessible. Il faudra attendre le coup de pouce de la réglementation de la loi de finance du 30 juillet 1920 pour concevoir l’idée d’une voiture populaire.

Ainsi la réglementation ne taxera qu’à 100 francs par an les cyclecars et side-cars, beaucoup moins que les automobiles qui sont à 36 francs par chevaux jusqu’à 10 cv puis 44 francs du 10ème au 20ème.

Les caractéristiques des cyclecars sont:

un véhicule automobile à 3 ou 4 roues, un maximum de 2 places, pas plus de 350 kilos, une cylindrée inférieure à 1 100 cc, ou un moteur électrique qui ne dépasse pas 5 kilowatts.

Ce véhicule est un compromis entre le motocycle et la voiturette.

 

 

cyclecar-larousse-1920.jpg

 

(Larousse édition 1920)

 

Les cyclecars seront produits:

soit par des entreprises qui ne fabriqueront que les châssis puis utiliseront les pièces disponibles sur le marché (moteur, train avant, pont arrière…)

soit quelques marques qui se lanceront dans la fabrication complète: Amilcar, Salmson, Peugeot, Mathis.

Par le paiement de la taxe fiscale on a pu constater l’importance de ce véhicule:

en 1920: 814 cyclecars, en 1921: 3 191, en 1922: 9 621, en 1923: 20 426, en 1924: 29 542.

Malheureusement en 1925 la loi de finance rattache le cyclecar au même régime fiscal que les automobiles et du coup entraîne une chute de sa production.

Seul Amilcar poursuivra  sa fabrication jusqu’en 1934. Longtemps le vocabulaire automobile désignera un véhicule léger et sportif comme un cyclecar.

Il est surprenant de constater que dans le registre de vente des objets de luxe de Lucien le cyclecar n’apparait pas. En fait la taxe de luxe est payée par le constructeur, et ce quelque soit la qualité de l’acheteur soit 1,1% du chiffre de vente.

 

bebepeugeotcyclecar1913.jpg

 

(« Bébé » Peugeot 1913)

(photo de l’agence Meurisse)

 

homepage051027.jpg

(tricyclecar !)

 

 

Publié dans : Vie de Lucien |le 23 octobre, 2011 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 24 octobre, 2011 à 9:52 ismeraldamadrid écrit:

    Merci pour cet article qui nous reporte un siècle en arrière, déjà! Quelle différence de vie!
    Bon lundi, bisous
    Ismeralda

    Dernière publication sur De Madrid à Liège, me rejoindrez vous dans mes délires :-) ? : La coupe du Roi (2012-2013) pour l´Atletico de Madrid. Merci Cholo.

    Répondre

  2. le 24 octobre, 2011 à 11:30 ALAIN écrit:

    Lucien en vait sans doute assez avec ses machines à coudre, écrémeuses, vélos etc pour ne pas s’intéresser au cyclecar !!!
    ARSENE GRISALI

    Répondre

Laisser un commentaire

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..