Archive pour août, 2011

1920 : Gillette

d1e0c1e2.jpg

(document original)

Sur cette facture de porte-bagage à 6 francs pièce ce qui m’a interpellée c’est l’intitulé de l’entreprise:

« Fabrique de rasoir de sûreté, marques déposées, Sphinx, Rapide, le Dauphin, le Taill’acier, affiloirs pour lames genre Gillette ».

Le rasoir de sécurité ou de sûreté est un rasoir dans lequel une portion de la lame est à nu, portion suffisante pour se raser mais insuffisante pour se blesser.

L’inventeur ou précurseur du rasoir de sûreté est un coutelier français Jean Jacques Perretqui inventa un rasoir à rabot en 1762. Puis le véritable rasoir de sûreté fut créé par les frères Kampfe en 1880.

En 1895 King Camp Gillette a l’idée d’un rasoir de sûreté à lame double interchangeable. Cette lame brevetée en 1904, insérée dans la tête du rasoir , devient remplaçable ce qui évite l’affûtage.

pubgillettemars1920parisien.jpg

(publicité trouvée dans le Petit Parisien de mars 1920)

Publié dans:Vie de Lucien |on 19 août, 2011 |5 Commentaires »

1920 : outillage

outillageberwing1920.jpg

(document original)

outillageberwing1920mandat.jpg

(document original)

Maintenant que Lucien, sa femme et ses deux filles de 8 et 9 ans, sont installés dans leur nouvelle maison sa petite entreprise va réellement prendre de l’essor. Pour cela il faut un peu de matériel, voici une facture avec la confirmation de son paiement pour des limes pour une somme de 148,90 francs soit 133.80 euros. Il n’y a pas d’erreur, il s’agit de 148,50 francs et 40 centimes de timbres.

limes1.jpg

(extrait d’un catalogue d’outillage des années 1920)

Publié dans:Vie de Lucien |on 18 août, 2011 |2 Commentaires »

1920 : déménagement

2c0980e0.jpg

(document original)

Après avoir résilié leur bail au Pissot et installé l’électricité Lucien et sa famille vont s’installer à l’angle de la route d’Alençon et de la rue d’Enfer à Domfront. La maison comprend, sur trois niveaux, au rez-de-chaussée son atelier, au premier une chambre, salle à manger, cuisine, cabinet d’aisance, au second deux chambres et un grenier.

Le déménagement va nécessiter l’aide d’un menuisier ébéniste de Domfront, Monsieur Vital Prel. Celui-ci va monter, réparer et remonter les lits et armoires de la famille. Il va refaire matelas, sommiers, traversins, oreillers. Et pour cela il va utiliser:

1 livre de crin d’animal

9 livres de laine

12 livres de plume

2 pelotes de ficelle

4m30 de coutil

2m20 de toile forte

2 livres d’étoupe

etoupes.jpg

Etoupe: sous-produit fibreux non tissé issu du travail du chanvre ou du lin.

Elle est utilisée dans la marine pour colmater les interstices entre les planches, dans la fabrication des mèches de fusil, rembourage des sommiers et matelas, joints d’étancheité en plomberie et même dans l’isolation des bâtiments.

Le menuisier ébeniste a fourni 47 heures de travail à 1,5 franc de l’heure soit 70,50 francs (63,35 euros). Le coût total de cette opération fut de 103,25 francs soit 92,78 euros. 

Publié dans:Vie de Lucien |on 17 août, 2011 |6 Commentaires »

1920 : l’Urbaine Electrique

09ad1599.jpg

(document original)

A la suite de son installation dans sa nouvelle maison Lucien va souscrire une police d’abonnement auprès de l’Urbaine Electrique. Ce contrat prévoit un abonnement d’un an pour la fourniture en électricité nécessaire pour quatre lampes à incandescence de 30 watts, un compteur lumière de 360 watts sous 120 volts et deux fils. Le prix de la location est de 1,5 francs par mois.

Les seules traces de cette Compagnie Urbaine d’Eau et d’Electricité sont cet abonnement et sur le net la mention du rachat, vers 1930, par la Compagnie de l’Ouest Parisien de 4500 actions de la Compagnie Urbaine d’Eau et d’Electricité qui détenait les concessions de Neuilly, Puteaux, Garches et Saint-Cloud .

Le 8 avril 1946 une loi 46-628 va instituer le fait que:

« la production, le transport, la distribution, l’importation et l’exportation de l’électricité soit nationalisés et gérés par un seul établissement public national de caractère industriel et commercial dénommé « Electricité de France ». »

Avant cette date 1450 entreprises locales ou régionales produisaient, transportaient et distribuaient l’électricité sur le territoire français.

Publié dans:Vie de Lucien |on 16 août, 2011 |5 Commentaires »

1920 : électricité encore…

expoelectricite1881.jpg

Grand salon de l’exposition d’électricité de 1881

En 1881 se tient à Paris la première exposition internationale d’électricité. Elle va être fréquentée entre le 12 août et le 2 novembre 1881 par près de 750 000 visiteurs. Les parisiens pourront aller de la place de la Concorde à l’exposition avec le premier tramway électrique. Si à l’époque l’électricité n’était pas monnaie courante elle était en plus présentée avec beaucoup de scepticisme, pour preuve cet extrait du Petit Parisien du 12 août 1881:

« … oui quand des gaufres et des côtelettes seront cuites par l’électricité, ou quand il suffira de pousser un bouton pour que le piano joue seul l’ouverture du jeune Henri…  alors l’exposition sera véritablement intéressante et extraordinaire ! « 

Pourtant les points phares de cette exposition seront le premier téléphone, le télégraphe, les piles, les accumulateurs électriques, l’éclairage électrique, les moteurs électriques et la production d’électricité par des génératrices.

telephone1881.jpg

1er téléphone 

 

En 1883 Lucien Goulard (1850-1888)  invente le transformateur électrique. Il devient alors possible de transporter l’électricité créant ainsi les réseaux.

Dans ce long listing d’inventeurs, on se doit de citer le malheureux Nikola Tesla (1856-1943) qui par l’importance de ses découvertes, attribuées à tort à Edison, va être un précurseur dans de nombreux domaines.

Il a été le créateur de la radio, du radar,  du moteur électrique asynchrone, de l’alternateur, du commutateur, des lampes à hautes fréquences utilisées actuellement dans les accélérateurs de particules et les microscopes électroniques.

Il définit les bases de la télé automatique sans fil et une arme à énergie dirigée appelée « le rayon de la mort ». Son nom sera donné à l’unité de mesure de l’induction magnétique: « le tesla »

Enfin pour essayer de clore cette histoire succinte de l’aventure de l’électricté la première ville française a être éclairée fut Bellegarde-sur-Valserine en 1884 grâce à une usine hydro-électrique située sur une retenue d’eau.

bellegarde1novembre1884lanature.jpg

Publié dans:Miscellanees |on 13 août, 2011 |2 Commentaires »

1920 : électricité (une page d’histoire)

7b969f6d.jpg

Le Petit Illustré

 

En 1827 André-Marie Ampère (1775-1836) mathématicien et physicien lyonnais inventa le 1er télégraphe électrique et énonça la théorie de l’électromagnétisme.

En 1827 Georg Ohm (1789-1856) physicien allemand détermine les relations fondamentales entre courant, tension et résistance électrique. Il figure dans la terminologie des sciences électriques avec la loi d’Ohm et l’unité de mesure de la résistance électrique le ohm.

En 1832 Hippolyte Pixxii (1808-1835) fabricant d’instrument de musique parisien produit le premier courant électrique alternatif.

En 1839 Edmond Becquerel découvre l’effet photovoltaïque, transformation de l’énergie solaire en énergie électrique.

En 1841 James Prescott Joule (1881-1889) physicien et brasseur anglais énonce les phénomènes produits par le courant électrique et la chaleur qu’il dégage dans un circuit, point de départ du chauffage électrique. Dans le système internationnal l’unité de travail porte son nom le joule.

En 1859 Gaston Plante (1834-1889) physicien français invente l’accumulateur. Il est alors possible de stocker l’électricité et de l’utiliser de façon continue (batterie en plomb).

En 1868 le Belge Zénobe Gramme (1826-1901) invente la première dynamo, machine à la fois génératrice et motrice.

 

machine2zenobegramme.jpg

1ère dynamo de Zénobe Gramme

 

Publié dans:Miscellanees |on 13 août, 2011 |Pas de commentaires »

1920 : électricité (un peu d’histoire)

electriciteagendagrandsmagasins1913.jpg

 

Les propriétés de l’électricité ont été découvertes à partir du XVIIIème siècle. La maîtrise du courant électrique a permis l’avénement de la seconde révolution industrielle.

En 1733 l’intendant de Cisternay Du Fay (1698-1739) en examinant l’attraction et la répulsion de corps électrisés par frottement  distingue une électricité positive et négative.

En 1752 Benjamin Franklin (1706-1790) Américain, imprimeur, diplomate, scientifique, homme politique, signataire de la déclaration d’indépendance américaine, démontre que la foudre est un phénomène dû à l’électricité et invente le paratonnerre.

En 1785 Charles de Coulomb (1736-1806), physicien, va réaliser les travaux sur la force qui s’excerce entre deux charges électriques. Son nom a été donné à l’unité internationnale de charge électrique le coulomb.

En 1789 Alessandro Volta comte physicien Italien (1745-1827) inventa la pile électrique non rechargeable en empilant alternativement des disques de métaux différents (cuivre, zinc) séparés par des disques de feutres imbibés d’acide. Il ouvrit la porte à la science du courant électrique par le stockage de l’électricité. L’unité de tension électrique fut nommée le volt en son honneur.

 

piltevolta.jpg

1ère pile électrique

Publié dans:Miscellanees |on 10 août, 2011 |1 Commentaire »

1920 : électricité (installation)

f8.jpg

(document original)

Avant de réellement prendre possession de leur maison Emilie et Lucien vont installer l’électricité.

La « Fée électricité » qui a électrisé les visiteurs de l’exposition universelle de Paris en 1900 va  seulement s’installer dans les foyers en 1920.

En 1927seulement 14% de la population est abonnée à un réseau électrique alors qu’en Amérique à la même période 34,7% des logements ont l’électricité.

L’installation électrique comprenant installation d’interrupteurs, de coupe-circuits, de rosaces en porcelaine, de fils, de douilles, d’un compteur, va leur coûter 259,95 francs soit 233,61 euros.

Les premiers compteurs à tarif unique furent installés en 1896.

A cela s’ajoute la main d’oeuvre pour la pose soit 60,50 francs (54,36 euros) sans indication de temps passé et la mise en service du système.

Avec tout cela il va falloir acheter des ampoules à incandescence, les premières furent inventées par Thomas Edison en 1879.

Publicité retrouvée dans un almanach du Printemps de 1917 :

1.jpg

(document original)

Publié dans:Vie de Lucien |on 8 août, 2011 |6 Commentaires »

1920 : machine à coudre

a31242medium.jpg

Un petit peu d’histoire:

En 1830 la première machine à coudre est attribuée à un tailleur de Amplepuis dans le Rhône Monsieur Barthélemy Thimonnier (1793-1857)

Il déposa le premier brevet d’une machine à coudre à un fil continu. Un mouvement de bielle permettait de faire descendre et remonter une aiguille à deux pointes. L’entraînement du tissu était fait avec les deux mains, se formait ainsi le point de chainette.

Cette machine avait  plusieurs noms : mécanique à coudre, métier à coudre ou couseuse. Il fut le premier à ouvrir une usine de confection avec quelques machines conçues pour remplacer la couture à la main. Il cousut entre autre les uniformes français de la guerre de 1870.

 

pj87601091907.jpg

 

En 1834 l’Américain Walter Hunt est le premier à utiliser une navette et donc à utiliser deux fils. Cette idée sera reprise et améliorée par Elias Howe en 1846.

La fabrication des machines françaises allait être brillante sous le second empire (1852-1870). Plusieurs entreprises vont se développer: Peugeot, Brion, Reimann, Leblond.

La machine à coudre à navette avec pédale fut brevetée par Pierre Cobet en 1868. Le brevet et le nom furent vendus à la famille Peugeot qui reçut la Légion d’honneur à l’Exposition Universelle de Paris en 1878.

En 1871 l’Allemand Kayser imagine un dispositif pour déplacer l’aiguille transversalement d’où la couture en zig zag.

En 1937 Pfad ajoute un moteur à la machine. La première machine à  coudre électrique bras libre fut le modèle elna 1 commercialisé depuis Genève en 1940.

Publié dans:Miscellanees |on 3 août, 2011 |8 Commentaires »

1920 : Singer

ventesinger.jpg

(document original)

 

 Pour compléter ses revenus Lucien va, en plus de réparer montres et vélos, vendre en sous-traitance des machines à coudre de la marque Singer.

 

Singer fut créé en 1851 à New York par Isaac Merritt Singer. Son premier président Frederick Gilbert Bourne (1851-1918) réussit à mettre sur pied l’une des premières véritables entreprises mondiales en établissant des centres de service et de distribution et en construisant des usines dans plusieurs pays. Au Brésil en 1856, à Toronto en 1857, au Québec en 1906.

logooldsingerfondblanc.jpg

 

Mais celle qui fut, dés 1881 et pour quelques années, la plus grande entreprise du monde est Ecossaise à Clydebank.

Dès 1881 cette usine employait 2 000 ouvriers et fabriquait plus de 5 000 machines à coudre par semaine.

En 1913 l’usine battit tous les records de production avec 1 301 851 machines à coudre produites par 14 000 ouvriers.

Durant le première guerre mondiale, puis la seconde, cette usine consacra sa capacité de production à la fabrication de pièces de fusils et de munitions.

En Amérique le quartier général de la firme se trouvait au Singer Building,tour construite en 1906 par Ernest Flagg, qui a l’époque fut la plus grande tour du monde avec ses 168 mètres.

 

200pxsingerbuildingnewyorkcity1908.jpg

Publié dans:Vie de Lucien |on 2 août, 2011 |4 Commentaires »
123

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..