Archive pour le 9 juillet, 2011

1917 : Charles, la Légion étrangère

1912medaille.jpg

(document original)

Histoire :

C’est Louis-Philippe le 9 mars 1831 qui va créer la Légion étrangère. Il reprend une formule qui a fait ses preuves sous l’Ancien Régime où dans la Grande armée « les étrangers au service de la France » étaients regroupés dans une même unité.

La Légion offre de plus « la deuxième chance ». Le recrutement est effectué sur simple déclaration d’identité sans justificatif.

C’est en 1832 en Algérie qu’ils reçoivent le baptême du feu et par leur courage et leur détermination acquièrent leur réputation de soldats vaillants et endurants, mais aussi de batisseurs. En 1843 ils batissent Sidi-bel-Abbès qui deviendra leur Maison Mère et la capitale de la Légion.

Les légionnaires combattront pour l’Espagne en 1835 en Algérie. A cette période la langue française sera imposée comme la langue officielle de la Légion.

Puis ils seront, sans interrompre leur action en Algérie, sur les fronts de Crimée en 1854-1856, de Sébastopol, d’Italie en 1859, du Mexique en 1864 où ils s’illustreront à Camerone.

Ils reviennent sur le sol français en 1870 où ils connaîtront leurs premières défaites.

Puis à partir de 1883 dans le souffle d’expansion colonialiste de la France ils seront au Tonkin en 1883, à Formose en 1885, au Soudan en 1892-1893, au Dahomey en 1892-1894, à Madagascar en 1895-1905, au Maroc en 1900-1934.

La Légion est reconnue pour ses valeurs au combat, le général Gallieni dira d’elle:

 » Je demande d’emmener avec moi 600 hommes de la Légion étrangère afin de pouvoir le cas écheant mourir convenablement. »

 

Incorporé en 1908 à Paris Charles semble avoir intégré la Légion, la date exacte n’est pas connue , mais il fut avec elle en 1912 au Maroc où il fut honoré avec 63 000 hommes :

medmaroc.jpg

En 1914 la Légion forte de 5 régiments revient en France. Leur action de bravoure réduit le nombre des légionnaires pour les amener en 1915 à ne plus être qu’un seul régiment, le légendaire « Régiment de marche de la Légion étrangère ». Il ramènera de ces 4 années de guerre le drapeau le plus décoré de l’armée française.

Ils seront en première ligne, ouvreurs de routes, démolisseurs de barbelés, grenadiers, nettoyeurs de tranchées, constructeurs de routes ou de tranchées.

 

En  mars 1917 Charles, légionnaire associé au 176ème RI va tenter de dégager Monastir près de Dihovo en Albanie.

C’est là avec de nombreux autres sapeurs que Charles laissera la vie.

64bb255a.jpg

(document original)

Lucien sera informé de son décés par une lettre manuscrite datant de janvier 1919.

Publié dans:Vie de Lucien |on 9 juillet, 2011 |6 Commentaires »

piluchon |
A Secret Garden |
La vie d'une boulotte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lirgnomed
| unefilleajd
| Banale , mais ..